Connu via Facebook : Mamadou Makha abùse Khadidiatou, il a filmé leurs éb*ts et balance la vidéo sur un groupe WhatsApp

Vi0l sur mineur et chantage s*xuel: Mamadou Makha Barry abuse d’une fillette de 17 ans et balance la vidéo sur un groupe WhatsApp

L’affaire commence lorsque Khadidiatou D., mineur âgée de 17 ans, assistée par son grand frère, Boubacar D., a déposé plainte, contre le nommé Mamadou Makha Barry, pour vi0l suivi de collecte illicite de données à caractère personnel, traitement, diffusion et diffamation via internet.

De l’économie des faits, il ressort que la jeune fille a été invitée par le sieur Barry qu’elle a connu via Facebook dans sa chambre sise aux Parcelles Assainies (Dakar) pour faire sa connaissance physique.

Une fois dans la chambre, le mis en cause a fermé la porte à clé, a commencé à la gifler et menacé de la tuer avec un couteau si toutefois elle n’obéissait pas à ses ordres. Ainsi, il lui a montré sur son téléphone des vidéos dans lesquelles il était en train d’entretenir des r@pports s*xuels avec d’autres filles.

Mamadou Makha Barry l’a contrainte à se d*shabiller et l’a exigée de s’allonger sur le l!t, l’a doigtée puis l’a p*nétrée. Il a enregistré la scène et a menacé de la diffuser dans un groupe WhatsApp pour détruire sa vie devant la communauté guinéenne si elle refuserait d’entretenir des rapports s*xuels avec elle à chaque fois qu’il en aura le désir. Il a, par la suite, mis ses menaces en exécution en partageant l’enregistrement.

Lors de son audition, Khadidiatou D., mineure, a déclaré que Mamadou Makha Barry qu’il a connu via Facebook, l’a invitée dans sa chambre pour une connaissance physique. Là étant, le susnommé a fermé la porte avant de l’obliger, sous la menace d’un couteau d’entretenir des r*lations int!mes avec elle. Par la suite, il a filmé leurs *bats, en montant une vidéo dont il s’est servi pour exercer un chantage charnel sur elle, avant de la diffuser dans les réseaux sociaux.

Entendu, Boubacar D., frère et assistant de la victime, a dit qu’il a été informé des faits par l’intermédiaire d’un ami qui lui a envoyé des messages audio via WhatsApp sur lesquels il entend une voix masculine qui donnait des ordres à sa sœur en lui demandant de se déshabiller et de s’adonner à des pratiques obscènes.

Convoqué et interrogé sur procès-verbal régulier, Mamadou Makha Diallo a, dans son premier temps, nié les faits de vi0l. Par ailleurs, il a soutenu avoir invité la fille dans sa chambre aux Parcelles Assainies et après avoir fermé la chambre à clé, il lui a demandée d’enlever ses habits ; ce qu’elle a fait.

Confronté au message audio, Il a avoué les faits, avant de déclarer avoir envoyé l’enregistrement à sa cousine en Guinée via son compte WhatsApp. L’enregistrement était stocké dans son téléphone portable de marque Alcatel One Touch qu’il détenait à l’époque.

L’exploitation de son compte Facebook et de son téléphone portable a permis de retrouver l’enregistrement en question et deux vidéos avec une jeune fille toute n*e avec qui il était en train d’entretenir des rapports s*xuels.

A la suite de sa garde à vue, Mamadou Makha Barry a été déféré au parquet pour vi0l sur une fille mineure de 17 ans suivi collecte illicite de données à caractère personnel, traitement, diffusion et diffamation via internet.

Libération

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.