Copa America : l’Argentine écarte le Venezuela et ira défier le Brésil

Vaincre le sort. Dans un Stade Maracana de Rio de Janeiro qui lui rappelait de mauvais souvenirs, l’Argentine avait pour objectif d’éviter le pire et un retour à la maison prématuré dès les quarts de finale de la Copa America. Pour cela, l’Albiceleste devait se défaire du Venezuela. Mission réussie, grâce à Lautaro Martinez (10e) et Giovani Lo Celso (74e), score final deux buts à zéro.
Pas de 4-4-2 en losange quelques jours après la victoire face au Qatar, Lionel Scaloni optait pour 3-4-1-2 emmené par Lautaro Martinez et Sergio Aguero, tous deux buteurs lors de l’ultime rendez-vous de la phase de poule. Face à ce dispositif, Rafael Dudamel choisissait un 4-5-1 compact et faisait confiance à Tomas Rincon, Junior Moreno et Yangel Herrera pour animer son milieu de terrain. La Vinotinto pouvait également compter sur Wuilker Faríñez, son prometteur gardien de but, quasiment invaincu depuis le début de la compétition avec seulement un petit but encaissé. Le prodige de 21 ans était d’ailleurs très vite sollicité, mais répondait présent sur la première frappe de cette rencontre tentée par Sergio Aguero (3e). L’Argentine prenait le jeu à son compte, et se procurait une seconde occasion par l’intermédiaire de German Pezzella qui ne parvenait pas à profiter d’un contre favorable (7e). La troisième était la bonne. Repoussé à l’entrée de la surface, le ballon atterrissait dans les pieds de Sergio Aguero qui déclenchait une reprise qui finissait sa course sur un Lautaro Martinez bien placé, qui trompait le portier vénézuélien d’une petite talonnade (0-1, 10e). L’Argentine dominait alors de la tête et des épaules.

Au terme d’un premier quart d’heure extrêmement difficile, le Venezuela tentait de relever la tête mais ne parvenait pas à mettre Franco Armani à contribution. Chaque possession était compliquée pour les coéquipiers de Tomas Rincon qui souffraient face au pressing mis en place par leurs adversaires du soir. La première situation chaude en faveur de la Vinotinto intervenait finalement à la 25e, mais Juan Foyth ne se faisait pas surprendre par la pointe de vitesse de Darwin Machis. Après un début de match animé, la partie ronronnait. Lionel Messi tentait de trouver la tête de German Pezzella, mais celle-ci n’accrochait pas le cadre (37e), pas plus que la première tentative sérieuse du Venezuela initiée par Jhon Chancellor sur corner (40e). Jusque-là très peu trouvée, La Pulga essayait de se consoler sur coup-franc, mais ne parvenait pas à poser des problèmes à Wuilker Faríñez (45e), au contraire de Marcos Acuna dont le centre était tout proche de trouver preneur (45+1e). Au terme d’un premier acte gâché par de nombreuses fautes (19 au total), l’arbitre de la rencontre sifflait la pause sur ce court avantage argentin.

Une Argentine efficace, sans être brillante
Un avantage tout proche d’être amplifié par le premier buteur de la rencontre, Lautaro Martinez, qui déclenchait une frappe qui venait frôler la lucarne gauche au retour des vestiaires (48e). De son côté, le Venezuela restait trop imprécis pour cadrer sa première frappe de la soirée, en témoignaient la maladresse de Jhon Murillo (50e) et l’impuissance de Junior Moreno (51e) repris par une solide défense argentine. Les hommes de Rafael Dudamel, longtemps privés de ballon, reprenaient la possession. Une maîtrise du cuir qui ne suffisait pas à inquiéter leurs adversaires, pourtant loin d’être impressionnants, à l’image de leur capitaine, transparent. Pour réveiller tout ça, Lionel Scaloni faisait entrer Angel Di Maria (64e) et Giovani Lo Celso (68e). Un faux-rythme qui était à deux doigts de punir l’Argentine. Lancé par Tomas Rincon, Ronald Hernandez contrôlait de la poitrine et reprenait de volée un ballon qui terminait sa course sur un Franco Armani impérial (71e).

Wuilker Faríñez allait finalement mettre un terme à tout suspense, et ce, malgré lui. Maladroit sur une frappe de Sergio Aguero, le portier de Millonarios se rendait coupable d’une faute de main. Giovani Lo Celso suivait bien et n’avait plus qu’à pousser le ballon au fond des filets (0-2, 74e). Ni le coup-franc (83e), ni la tête à bout portant (84e) de Salomón Rondón ne relançait ce quart de finale, tandis que Wilmar Roldán ne désignait pas le point de penalty après une main de German Pezzella (89e). L’arbitre colombien sifflait finalement la fin de la rencontre. Avec cette victoire deux buts à zéro, l’Argentine obtient son billet pour les demi-finales de la Copa America. Rodrigo de Paul et les siens affronteront le Brésil de Philippe Coutinho, mercredi, à 2h30 heure française.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. Ok