Affaire Astou Sokhna : Une sage-femme emprisonnée parle !

Amy Sène affirme avoir suivi de près la patiente Astou Sokhna. Malheureusement, elle précise avoir omis de mentionner dans son dossier les autres données… « Le 31 mars 2022,j’étais de service à la maternité de l’hôpital régional, Amadou Sakhir Mbaye de Louga, de 9h à 22H avec mon équipe, hormis Penda Diack qui a décroché à 13 pour se rendre à une cérémonie funèbre.

La patiente Astou Sokhna est arrivée aux environs de 10heures.Je l’ai examiné avant de retenir, comme diagnostic, des douleurs abdominales pelviennes sur utérus cicatrisé, sur grossesse à terme non en travail. Après diagnostoc, j’ai rendu compte au Dr Daff en premier, puis au Dr Boye qui était en salle d’accouchement.

- Advertisement -

Après avoir terminé son programme opératoire, vers 15heures,elle est venue pour examiner la patiente. Le médecin m’a ensuite demandé de récupérer le bilan,de faire la visite pré-anesthésiste pour faire la césarienne prophylactique, avant d’ordonner une surveillance sur la patiente.

J’ai effectivement pris le soin de bien vérifier les observations qui avaient été faites dans le carnet de visite prénatale de la patiente. »Si tel était le cas, pensez-vous qu’il fallait attendre qu’elle aille en travail pout intervenir au regard de ces antécédents médicaux durant son premier accouchement, à savoir son hématome rétro-placentaire, lui demandent les enquêteurs ?

« En ce qui concerne l’exploitation de ce carnet,j’ai vu qu’elle avait comme antécédent un utérus cicatriciel, note le journal l’observateur.

vous pourriez aussi aimer
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.