Senegal Direct | Actualité au Sénégal – Actualité Sénégalaise

Afrobasket féminin 2021 : un sc*ndale d’abus s*xuel assombrit le début de la compétition

0

Les basketteuses africaines sont entrées sur le terrain pour le début des championnats continentaux samedi, dans l’ombre de l’un des plus grands scandales d’abus sexuels du continent.

En début de semaine, un rapport commandé par l’instance dirigeante du basket-ball, la Fiba, décrit en détail les abus répandus de longue date dans le sport féminin au Mali, en particulier chez les adolescentes.

Le rapport blanchit le président de la Fiba, le Malien Hamane Niang, qui dirigeait la Fédération malienne de basket-ball (FMBB) entre 1999 et 2007.

Le Mali est l’une des 12 équipes participant au tournoi Afrobasket féminin au Cameroun, où seuls les finalistes seront en lice pour la Coupe du monde de l’année prochaine.

Les basketteuses africaines sont entrées sur le terrain pour le début des championnats continentaux samedi, dans l’ombre de l’un des plus grands scandales d’abus sexuels du continent.

En début de semaine, un rapport commandé par l’instance dirigeante du basket-ball, la Fiba, décrit en détail les abus répandus de longue date dans le sport féminin au Mali, en particulier chez les adolescentes.

Le rapport blanchit le président de la Fiba, le Malien Hamane Niang, qui dirigeait la Fédération malienne de basket-ball (FMBB) entre 1999 et 2007.

Le Mali est l’une des 12 équipes participant au tournoi Afrobasket féminin au Cameroun, où seuls les finalistes seront en lice pour la Coupe du monde de l’année prochaine.

« Une acceptation institutionnalisée de l’abus des joueurs existe au sein du FMBB et aucune action ou effort n’a été tenté pour reconnaître ou corriger cela », indique le rapport accablant.

Au-delà des abus, le rapport de Richard McLaren, qui a supervisé l’enquête sur le dopage russe en athlétisme, souligne également combien il a été difficile pour les victimes, souvent adolescentes, de se faire entendre.

Non seulement il existe des tabous culturels concernant la prise de parole, mais les joueuses craignaient pour leur sécurité, leur place dans l’équipe et les représailles, tout en n’ayant jamais été informées de leurs droits.

Celles qui ont eu le courage de parler se sont heurtées au déni, à la négligence, à l’intimidation et à la dissimulation.
Appel au secours
En décembre dernier, le Mali a atteint la finale du Championnat d’Afrique féminin U-18, où sa défaite face au pays hôte, l’Egypte, qui a mis fin aux espoirs d’un quatrième titre consécutif, pourrait être considérée comme un échec.

Mais lorsque vous apprenez que quatre joueuses ont commencé la campagne en soulevant des préoccupations d’abus sexuel contre l’entraîneur Bamba, atteindre la finale semble d’autant plus impressionnant.

À la veille du tournoi du Caire, certaines joueuses de l’équipe se sont confiées à la nouvelle entraîneuse adjointe Fanta Diallou.

L’une d’entre elles lui a dit qu’elle avait été prise pour cible par Bamba l’année précédente, tout en expliquant que l’homme de 51 ans s’en prenait maintenant à une autre joueuse.

Bamba avait été nommé entraîneur des jeunes en 2016, après quoi il a immédiatement commencé à abuser des filles, selon Human Rights Watch, de nombreux incidents ayant eu lieu lorsqu’il invitait des joueuses dans sa chambre d’hôtel « sous le couvert de leur donner des conseils », ajoute le rapport.

« Il y avait un modèle de toilettage pour tous les joueuses sous la direction de l’entraîneur Bamba, en particulier les nouvelles. Une joueuse qui refusait ses avances devenait un exemple en étant exclue de l’équipe. »

Diallou explique aux enquêteurs qu’elle n’a pas signalé les plaintes des filles – « parce qu’elle voulait éviter de perturber l’équipe » – ni demandé à l’homme de 51 ans pourquoi il appelait ses joueuses adolescentes dans la nuit.

« Non seulement il s’agit d’une faute disciplinaire et d’une dérogation grave au devoir, mais cela met encore plus en évidence la conduite consistant à couvrir les allégations au lieu de les traiter », écrit McLaren.
« Je sais qu’une telle pratique existe dans le basket-ball depuis très longtemps », peut-on lire dans la transcription. « C’est à peu près le système en vigueur au Mali. J’ai quelques sœurs qui y ont été à un moment donné ».

Quelques jours après sa suspension, une vidéo soigneusement orchestrée est apparue sur Internet, montrant des familles et des enfants marchant derrière des banderoles fabriquées par des professionnels et portant l’inscription « Je Suis Harouna Maiga ».

Deux jours plus tard, la FMBB publie un communiqué de presse décriant une » prétendue affaire de harcèlement sexuel » tout en se mobilisant » pour défendre l’honneur du Mali terni » par des personnes dont la » moralité » est douteuse.

« Le communiqué de presse dénigrant la moralité des témoins est clairement intimidant et viole tous les principes de sauvegarde et de comportement éthique », indique le rapport de la Fiba.

Les responsables du FMBB expliquent aux enquêteurs que le scandale a éclaté parce que les filles étaient mécontentes de ne pas « avoir beaucoup de temps de jeu », tandis que certaines avaient « des relations sexuelles parce qu’elles cherchaient de l’argent du fait de leur pauvreté ». À un moment donné, le président Maiga affirme qu’il s’agit d’une tentative d’un blogueur du Sénégal voisin « qui cherche à dénigrer le Mali ».
Quelques jours après sa suspension, une vidéo soigneusement orchestrée est apparue sur Internet, montrant des familles et des enfants marchant derrière des banderoles fabriquées par des professionnels et portant l’inscription « Je Suis Harouna Maiga ».

Deux jours plus tard, la FMBB publie un communiqué de presse décriant une » prétendue affaire de harcèlement sexuel » tout en se mobilisant » pour défendre l’honneur du Mali terni » par des personnes dont la » moralité » est douteuse.

« Le communiqué de presse dénigrant la moralité des témoins est clairement intimidant et viole tous les principes de sauvegarde et de comportement éthique », indique le rapport de la Fiba.

Les responsables du FMBB expliquent aux enquêteurs que le scandale a éclaté parce que les filles étaient mécontentes de ne pas « avoir beaucoup de temps de jeu », tandis que certaines avaient « des relations sexuelles parce qu’elles cherchaient de l’argent du fait de leur pauvreté ». À un moment donné, le président Maiga affirme qu’il s’agit d’une tentative d’un blogueur du Sénégal voisin « qui cherche à dénigrer le Mali ».

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.