Amnistie de Karim et Khalifa – « Le Président a reçu un juriste de renom et lui a demandé de « Révélation de Alassane Seck

Il est possible d’arriver à un consensus sur l’inéligibilité de Karim Wade et Khalifa Sall. Le président de la Ligue sénégalaise des droits humains (Lsdh), Alassane Seck, qui défend cette thèse, a révélé, devant le Jury du dimanche (Jdd), ce dimanche 18 septembre, que le Président Macky Sall, après les avoir graciés, était dans les dispositions de leur accorder l’amnistie.
D’ailleurs, a-t-il confié, «un juriste de renom avait été reçu par le Président (Sall) qui lui avait demandé de trouver la meilleure formule» afin d’y arriver. «Je pense qu’on peut (toujours) y arriver», a-t-il ajouté. En revanche, Wade-fils a posé la condition de la révision de son procès et demandé une réparation. «Il doit s’estimer heureux s’il est amnistié», a dit Alassane Seck. Les deux opposants, Khalifa Sall et Karim Wade, frappés par des condamnations judiciaires, ont été recalés, en 2019, par le Conseil constitutionnel.

Par ailleurs, M. Seck a regretté l’interdiction du concert contre le 3e mandat en Afrique qui devait être organisé, samedi, par des artistes et activistes. À la place, le défenseur des droits de l’homme constate que «depuis deux ans, chaque fois que quelqu’un dit que ‘’Macky Sall ne peut pas briguer un 3e mandat’’, il est sanctionné»

Il ajoute qu’avec cette interdiction, «c’est le même principe». Car, défend-il, «on ne peut plus interdire à une personne de ne pas en parler, de donner son point de vue» même si, pour lui, «cette interdiction va donner plus d’ampleur à l’action». D’autant plus que, a-t-il martelé, «c’est de l’argutie, de dire ‘’si je le dis, les gens ne vont pas travailler’’». Alassane Seck estime que «le Sénégal doit donner l’exemple».
Bes Bi

vous pourriez aussi aimer
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.