Arrestation – Les minutes de l’audition de Bara Dolly

Lors de son audition à la Dsc, le député et de tête de liste départementale de Mbacké de la coalition Yewwi-Wallu a tout fait pour minimiser ses propos tenus contre le chef de l’Etat.

Face au commissaire Aly Kandé qui l’a auditionné dans la nuit du jeudi au vendredi, jusqu’à 2h 30 du matin, il a donné un caractère purement politique à sa déclaration, rapporte L’OBS.

L’interrogatoire de Cheikh Bara Dolly Mbacké a commencé par la diffusion de la vidéo de 42 seconde dans laquelle il a fait la déclaration.

Le député a assumé ses propos qui visent le chef de l’Etat, Macky Sall.

Quand les enquêteurs glissent la question sur les audiences du Président, il se ressaisit pour faire une précision : « j’ai parlé du chef de parti et président de la coalition Benno Bokk Yakaar. »

- Advertisement -

Il a rappelé aux enquêteurs avoir pris la parole en sa qualité de tête de liste de la coalition Yewwi-Wallu à Mbacké.

Donc, dit-il, ses déclarations ne doivent pas être sorties du contexte « purement politique ».

Aussi a-t-il convoqué son statut de chef religieux. « Et à ce titre, je mesure mes propos et je n’offense personne », s’est-il défendu.

Il signale qu’il n’a jamais parlé de relation sexuelle dans ses propos. D’après lui, la confusion vient du terme « suuf » qu’il a utilisé pour évoquer le bradage foncier.

« Je n’ai rien dit de repréhensible. Ma déclaration est faite dans le cadre d’un combat politique », a-t-il rabâché.

Malgré tout, le parlementaire Cheikh Abdou Bara Dolly a été placé sous mandat de dépôt par le Doyen des juges. Sous le coup de l’article 80, il est poursuivi pour offense de l’Etat.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.