Senegal Direct | Actualité au Sénégal – Actualité Sénégalaise

Attaque de Grand Bassam: Les terroristes sont passés par le Sénégal, ont séjourné à l’hôtel “Ndiambour”

0

Quand on parle de la présence de force occulte aux Sénégal, nombreux semblent s’en moquer royalement. Et là, il est renseigné que les accusés Erhil Adébé, Moustapha El Béchir et El Atigh Ahmed Mahmoud qui avaient été arrêtés après les attentats de Grand Bassam et Ouagadougou faisant étalage de  plusieurs morts, ont fait face au juge de la chambre criminelle spéciale de Dakar. 

Les accusés avaient séjourné à « Ndiambour »

C’est dans ces circonstances que le 18 septembre 2016, la Section de recherches de Colobane a été informée de la présence, à Diamniadio, d’une personne porteuse du fameux numéro. Sans perdre de temps, les pandores se sont transportés sur les lieux. Où étant, ils ont mis la main sur El Atigh Ahmed Mahmoud. Interrogé, il dit être en possession de la puce depuis le samedi 17 septembre 2016. Et que cette puce lui aurait été offerte par un inconnu de nationalité mauritanienne qui se rendait à Nouakchott. L’exploitation du téléphone d’el Atigh permettait d’établir plusieurs communications entre lui et ce dernier. El Atigh était écroué à Saint-Louis pour association de malfaiteurs, complicité de vol en réunion commis la nuit avec violence et usage d’armes lors de l’attaque du Grand Bassam. Entendu sur sa relation avec Bachir et Mini Ould baba, il soutenait qu’il ne les connaissait pas.

Continuant leur enquête, les gendarmes ont localisé, le 10 octobre 2016, le numéro de Béchir et celui appartenant à Erhil Adébé dit Mohamed Lemdessene aux résidences Ndiambour, plus précisément au deuxième étage. Mais, ils ont réussi à s’échapper. Ce n’est que le 27 octobre 2016 que les deux cibles ont été localisées sur l’itinéraire Kaolack-Diourbel-Louga et le dispositif mis en place permettait leur arrestation, le même jour, à 15 heures. Ils seront interceptés à l’entrée de Louga à bord d’un véhicule de transport en commun.

Chambre criminelle

La Chambre criminelle spéciale de Dakar a jugé, hier, les accusés Erhil Adébé, Moustapha El Béchir et El Atigh Ahmed Mahmoud. Ces derniers suspectés d’avoir été en contact avec les organisateurs des attentats à Ouagadougou et Grand Bassam ont été arrêtés au Sénégal. Ils ont comparu à la barre de cette juridiction pour répondre des délits de complicité d’actes terroristes, association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste et financement du terrorisme en bande organisée. Les procès-verbaux d’enquête renseignent que courant mai 2016, les autorités maliennes ont interpellé Ibrahim Ould Mohamed qui, avait reconnu son implication dans les attaques qui ont visé Ouagadougou (janvier 2016, Burkina Faso) et Grand Bassam (mars 2016, en Côte d’Ivoire). Soumis au feu roulant des questions, il a désigné Mimi Ould Baba, Hamza ben Mohamed et Ahmed Lemdecem comme étant les principaux cerveaux de ces attentats qui, on le rappelle, avaient fait 30 morts pour celui de Ouagadougou et 22 morts dont 16 civils, 3 militaires et 3 terroristes à Grand Bassam. Face aux éléments enquêteurs, il a donné même des détails sur le véhicule qui a été utilisé pour dissimuler les armes afin de les transporter à Abidjan.

A l’en croire, ces armes ont été mises à la disposition de leur commando par Hamza ben Mouhamed. Il faut dire que les services de renseignement technique du Sénégal ont mené une enquête profonde avant d’établir des liens entre le numéro de téléphone qu’utilisait Moustapha El Béchir et le numéro malien enregistré au nom de Hamza ben Mohamed. Ils ont découvert par la même occasion qu’El Bachir communiquait régulièrement avec Ibrahim Ould Mohamed et Ahmed Lemdecem qui étaient en relation directe avec Mini Ould Baba, coordonnateur des attaques d’Ouagadougou et du Grand Bassam.

 

Faut-il croire les forces occultes au Sénégal ?

En tout cas, si ces terroristes qui ont été à l’origine de plusieurs morts sont passés et séjournés dans un hôtel au Sénégal, il serait plus prudent de rester sur ses gardes, et de savoir que les autorités étatiques quand elles parlent, elles ne font que renseigner car il se serait déjà eu connaissance du fait.

SUNUBUZZ !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.