Ultimate magazine theme for WordPress.

Cap-Skiring : les acteurs du tourisme crient leur désarroi et interpellent l’Etat

Cap-Skiring, est une des localités les plus touristiques du sud dont l’économie est uniquement liée aux débouchés du tourisme. Selon les populations et les professionnels du secteur touristique de ladite localité, l’heure est très grave pour la zone avec la fermeture des hôtels depuis le mois de mars dernier suite au contexte du nouveau coronavirus, alors que la saison touristique était en pleine effervescence.

«La Covid-19 est arrivée au Sénégal en mars passé, l’Etat avait pris des mesures en fermant les hôtels, les aéroports et en imposant des restrictions dans le transport et c’est ainsi que toutes les réservations ont été annulées. On n’avait pas le choix, mais aujourd’hui la situation est très grave chez nous ici au Cap, dans la Casamance naturelle et au Sénégal en général. Quand la saison fonctionne, Cap skirring est plein de monde venant d’ailleurs pour gagner leur vie et aider aussi leurs parents, mais aujourd’hui, tout le monde chôme. L’Etat du Sénégal doit nous aider à procéder à l’ouverture de la saison pour éviter le pire. Si la jeunesse ne travaille pas, les parents ne mangeront pas. Cela peut conduire cette même jeunesse à s’aventurer à faire autre chose d’illégale, comme ceux-là qui prennent les pirogues pour l’Espagne», a laissé entendre Lucien Basséne, chef d’agent de sécurité au Club Med.

Et Lucien Basséne d’ajouter : «nous sommes dans le désespoir total et cela est valable pour les populations du Cap dans son ensemble. Après le remaniement quand nous avons vu que le même ministre occupe la tutelle cela nous a un peu soulagé mais, il doit nous édifier sur l’ouverture de la saison. Ainsi, il doit permettre au club Med de rouvrir ses portes parce que cela est en réalité le maître d’oeuvre de la bonne marche de la saison au Cap et en Casamance. Si jamais le Club Med n’ouvre pas cette année, ça sera la catastrophe économique et sociale pour des milliers de familles».

Sur la même lancée, A. Diatta, opérateur touristique est d’avis pour l’officialisation de la date de l’ouverture de la saison qu’il juge impérative. «Je pense que la saison au Cap, c’est le Club Med. Alors, si jamais on ouvre pas la saison où les autorités n’arrivent pas à autoriser le Club Med, c’est nous qui perdons. Le club Med est un grand tour opérateur qui est présent dans presque tous les grands pays du monde. Alors, ils n’ont rien a perdre, mais un fils du Sénégal comme moi qui n’a juste que son hôtel avec ses employés fera face à une crise. Déjà, nous sommes en difficulté totale pour payer nos factures d’électricité et de l’eau. Qu’il y a de la clientèle ou pas, un hôtel consomme de l’eau pour le nettoyage, de l’électricité pour la sécurité alors qu’il faut payer ces factures obligatoirement. Nous appelons, l’Etat à nous aider. Le tourisme fonctionne bien au Maroc au moment où l’on parle de la Covid-19 et dans beaucoup de pays du monde qui sont même exposés plus que le Sénégal. Avec les confinements en Europe, les européens veulent voyager pour être libres. Nos gouvernants doivent profiter de cette occasion pour rebondir leurs économiques».

Marie Diatta est couturière au Cap. Elle a vu chuter ses chiffres d’affaires depuis l’arrivée de la pandémie au Sénégal. «Rien ne fonctionne au Cap, pas la couture, pas la coiffure ni les restaurants. Depuis le mois de mars passé nous rencontrons des difficultés pour payer nos loyers. Je suis couturière, mais rien ne va pour nous et je ne suis pas seule dans cette situation inquiétante. Le président Macky Sall doit nous aider à ouvrir la saison touristique au Cap. L’année dernière, à l’instant, les vols de club Med avaient démarré les rotations, mais cette année, jusque-ici rien du tout. Nous souffrons, pour quelqu’un qui connait bien Cap skirring dont l’économie est totalement basée sur le tourisme. C’est pourquoi l’e Gouvernement doit nous aider», a-t-elle confié.

Eût égard à la situation actuelle au Cap, le ministre du tourisme et le gouvernement du Sénégal doivent agir pour mieux sauver des milliers de familles en situation de soudure. La crise sanitaire avec la fermeture des hôtels a fini d’implanter des conséquences économiques désastreuses dans la zone balnéaire du sud. A l’instant, tous les yeux sont braqués vers l’exécutif pour les soulager avec comme mot d’ordre la reprise de la saison touristique dans la partie méridionale du Sénégal.

vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.