Cent jours au Pouvoir du président Bassirou Diomaye Faye : cent jours de verbiage et de leurres.(Samba Ndiaye)

Le Président Bassirou Diomay Faye est maintenant au pouvoir depuis cent jours, et il est temps de faire le point sur son mandat jusqu’à présent. Ces cent jours ont été marqués par des hauts et des bas, des promesses et des défis, mais aussi des leurres qui ont suscité des attentes et des déceptions chez les citoyens.
Il est regrettable de constater que certains problèmes persistent et suscitent des préoccupations au cours des cent premiers jours de la présidence du Président Diomaye Faye. Parmi ces problèmes, on peut citer le non-respect de la promesse concernant l’appel d’offres sur les postes nominatifs, ce qui peut remettre en cause la transparence et l’équité dans les nominations.

La manipulation et le populisme sur le foncier sont également des préoccupations importantes. Il est essentiel de garantir une gestion juste et équitable des terres afin de prévenir les conflits et de promouvoir le développement durable.

L’échec pré hivernal est une autre préoccupation majeure. Les mesures prises pour faire face aux défis saisonniers doivent être efficaces et bien planifiées afin de minimiser les impacts sur les populations locales.

Le non-respect de la constitution par le PM Ousmane Sonko sur sa Déclaration de Politique Générale est également préoccupant. Il est essentiel que les dirigeants respectent les lois et les procédures établies pour garantir la stabilité et la légitimité du gouvernement.

L’augmentation de la dette et de l’émigration clandestine sont des problèmes économiques et sociaux qui nécessitent une attention particulière. Il est crucial de mettre en place des politiques et des mesures pour gérer la dette de manière responsable et pour s’attaquer aux causes profondes de l’émigration clandestine, en offrant des opportunités économiques et sociales aux citoyens.

Enfin, les menaces contre les journalistes sont inacceptables et portent atteinte à la liberté de la presse. Il est essentiel de garantir un environnement sûr et propice pour que les journalistes puissent exercer leur métier en toute indépendance et sans crainte de représailles.

Il est important que le Président Diomaye Faye prenne en compte ces préoccupations et prenne des mesures concrètes pour y remédier. La transparence, l’ouverture au dialogue et le respect des droits fondamentaux sont essentiels pour bâtir un pays fort et prospère.

Samba Ndiaye , enseignant et membre de l’APR /Guinguinéo

vous pourriez aussi aimer
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.