Cinq Choses à Savoir Sur Le Second Tour Des élections Législatives En France

Macron et Melenchon en France
Les Français sont appelés aux urnes dimanche pour le second tour des élections législatives dont l’issue dessinera la marge de manoeuvre du président réélu Emmanuel Macron pour les cinq prochaines années.

À l’issue du premier tour dimanche dernier, la coalition Ensemble! emmenée par le parti du chef de l’État (centriste libéral) et l’alliance des gauches Nupes sont arrivées au coude-à-coude avec respectivement 25,75% et 25,66% des voix.
Focus qu’il faut savoir sur le deuxième tour des législatives, qui se tient dès samedi dans les territoires français en Outremer et dimanche en métropole, et au terme duquel seront élus les 577 députés de l’Assemblée nationale, la chambre basse du Parlement. 

Macron en quête de majorité absolue
Réélu le 24 avril face à la candidate d’extrême droite Marine Le Pen, Emmanuel Macron doit composer avec un rapport de forces moins favorable que lors du dernier scrutin législatif, en 2017, lorsqu’il avait réussi à obtenir haut la main une majorité absolue, avec près de 350 sièges.

Cinq ans plus tard, la partie est plus délicate et rien ne dit que sa coalition (LREM, Modem, Horizons et Agir), disposera d’au moins 289 sièges, seuil indispensable pour mener à bien sa politique et les réformes annoncées.

En cause, la percée surprise au premier tour de la gauche qui s’est réunie sous une même bannière, et celle de l’extrême droite qui pourrait obtenir un groupe à l’Assemblée.

En cas de majorité relative, le chef de l’État devra chercher le soutien d’autres groupes politiques pour approuver les projets de lois.

Dans ce scénario, le parti Les Républicains (LR, droite), qui s’apprête à perdre son statut de premier parti d’opposition, pourrait jouer un rôle crucial. Son président Christian Jacob a cependant prévenu que le parti ne serait “en aucun cas une force d’appoint”.

Quelle place pour la gauche? 
La gauche va-t-elle transformer l’essai ? Au premier tour, la Nupes – qui réunit communistes, écologistes, socialistes et gauche radicale – avait remporté un premier pari : faire jeu égal avec la coalition présidentielle.

L’alliance conduite par Jean-Luc Mélenchon, arrivé troisième au premier tour de la présidentielle, vise désormais une majorité et espère imposer une cohabitation au chef de l’État.

Ce scénario est jugé peu crédible par les observateurs au vu des projections de sièges et des faibles réserves de voix dont dispose la gauche, contrairement à la majorité présidentielle.

À défaut d’une majorité, la gauche est toutefois d’ores et déjà quasi assurée de constituer le principal bloc d’opposition à l’Assemblée, rôle jusque-là endossé par la droite.

Un groupe pour l’extrême droite? 
C’est une quasi certitude : le Rassemblement national (RN, extrême droite) devrait obtenir au moins 15 sièges à l’issue du scrutin, et atteindre le seuil fixé pour former un groupe.

Ce serait une première depuis la législature 1986-1988 lorsqu’une dose de proportionnelle avait été instaurée, permettant au parti, alors nommé Front national, de se constituer en groupe.

Loin d’être cosmétique, la constitution d’un groupe permet à son président de demander la création d’une commission spéciale, ou y faire opposition, de réclamer une suspension de séance ou encore de bénéficier d’un temps de parole plus important pour les questions au gouvernement. En un mot, de peser davantage dans le débat.
Ministres sur siège éjectable

C’est la conséquence de la règle tacite en vigueur depuis plusieurs quinquennats qui veut qu’un ministre candidat aux législatives battu lors du scrutin quitte le gouvernement.

Cette épée de Damoclès pèse sur trois ténors du camp présidentiel qui sont arrivés deuxième derrière les candidats de la Nupes : Amélie de Montchalin (Transition écologique), Clément Beaune (Europe) et Stanislas Guerini (Fonction publique). Sur les 12 autres ministres candidats, aucun n’a été élu ni éliminé au premier tour.

La Première ministre Elisabeth Borne, qui se soumet pour la première fois au verdict des urnes, est elle arrivée en tête dans le Calvados (Ouest).

Dans la tourmente après des accusations de viol, le ministre des Solidarités, l’ex-LR Damien Abad, joue quant à lui son avenir politique dans l’Ain (Est).

Abstention
Vers un nouveau record ? Dimanche dernier, moins d’un électeur sur deux s’était rendu aux urnes, avec un taux d’abstention de 52,49%. Et ce taux pourrait encore croître ce dimanche, à en croire les instituts de sondage.

Le scrutin peine à mobiliser, notamment les jeunes : 75% des 18-24 ans et 65% des 25-34 ans ne se sont pas déplacés dimanche dernier, selon l’institut Ifop.

Leur degré de mobilisation sera scruté de près par la Nupes dimanche, les électeurs de ces deux tranches d’âge ayant, pour ceux qui ont voté, davantage glissé un bulletin dans l’urne en faveur des candidats de la gauche.
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.