Ultimate magazine theme for WordPress.

Corée du Sud – Violation droits humains et oppression religieuse : Le monde menace par la covid-19

Le monde avertit le gouvernement sud-coréen de l’oppression de la religion, des droits de l’homme et de la paix par le biais du Covid-19.

En cette période d’angoisse généralisée causée par le Covid-19, le gouvernement coréen exerce l’oppression de la religion, des droits de l’homme et de la paix contre le groupe de Shincheonji Eglise de Jésus (ci-dessous, Shincheonji). Par conséquent, des voix d’avertissement se font entendre dans le monde entier.

Lorsque les citoyens coréens sont devenus mécontents de l’incapacité du gouvernement à répondre de manière responsable à la prévention initiale du Covid-19, le gouvernement a commencé à pointer du doigt Shincheonji dans la région de Daegu, où une flambée massive a eu lieu, comme source de sa propagation. Le gouvernement coréen, les politiciens et le Conseil Chrétien de Corée (CCK) ont joint les mains pour participer dans la « chasse aux sorcières contre Shincheonji » à travers les médias.

Depuis le mois de février où le Covid-19 était le plus grave, jusqu’à l’élection de l’Assemblée nationale en avril, le gouvernement sud-coréen a interdit toutes les réunions sociales et a gardé les gens à l’intérieur du pays. Pendant ce temps, les nouvelles fausses et déformées ont été répandues tous les jours à travers les médias que le virus du Covid-19 a été répandu à cause de Shincheonji. Par conséquent, 200 000 fidèles de Shincheonji en Corée du Sud ont souffert, dont 7 500 sont devenus victimes de l’abus sérieux des droits de l’homme. Il a été rapporté que des membres de Shincheonji ont été victimes d’agression, de violence, de divorce, de conversion forcée, de persécution au travail en raison de fuites d’informations personnelles, de démission forcée, de refus de traitement médical et de refus de l’usage des facilités pour l’unique raison d’être membres de Shincheonji. Cela a même conduit à la mort de deux femmes. Les dommages causés aux femmes de Shincheonji, un angle mort dans les droits de l’homme, sont encore pires.

Aux États-Unis, la commission américaine sur la liberté religieuse internationale (USCIRF) a récemment déclaré que la commission est « préoccupée par les rapports selon lesquels les fidèles de l’église de Shincheonji sont blamés pour la propagation du virus » et a exhorté que: «le gouvernement sud-coréen devrait cesser de faire un bouc émissaire et de condamner un groupe particulier et devrait respecter la liberté religieuse en ce qui concerne la situation du Covid-19 ».

En plus de cela, les experts du Covid-19 ont conseillé de se méfier de l’aversion religieuse et de la peur, cependant le gouvernement sud-coréen a déclaré que la propagation du Covid-19 était due à Shincheonji. Toutes les installations de Shincheonji ont été fermées de force sous l’accusation de violation de la prévention des maladies infectieuses. Cinq représentants ont été arrêtés sous prétexte d’entrave à l’exercice de la justice. En outre, profitant du fait que le président de Shincheonji est le même que le président de «Culture céleste, Paix mondiale et Restauration de la Lumière» (HWPL), une organisation internationale pour la paix, le gouvernement a opprimé à plusieurs reprises la paix en annulant l’enregistrement d’HWPL.

Malgré ces oppressions, environ 4 000 patients confirmés et guéris du Covid-19 parmi les membres de Shinchonji ont promis de donner du plasma gratuit pour le développement d’un vaccin. Du 13 au 17 juillet, 500 membres ont complété leurs dons.

L’article 20, paragraphes 1 et 2 de la Constitution de la République de Corée stipule que tous les citoyens ont la liberté de religion. Il déclare également que la religion et la politique sont séparées. En outre, la « garantie des droits fondamentaux de l’homme » (l’article 10 de la Constitution) et « l’interdiction de la discrimination dans tous les domaines du sexe, de la religion, de la politique, de la vie économique, sociale et culturelle » (l’article 11 de la Constitution) sont précisées.

Cependant, la nouvelle oppression de la religion, des droits de l’homme et de la paix contre Shincheonji qui se produit, malgré ce qui est écrit dans la Constitution, fait que les personnalités religieuses, humanitaires, politiques et sociales et les ONG du monde entier affirment que « l’oppression de la paix, de la religion et des droits humains à leur encontre doivent cesser immédiatement ». Et « nous devons arrêter les mauvaises politiques et cesser de bafouer les droits humains du peuple ». Ils ont averti que l’exclusivisme du gouvernement pourrait rendre la Corée dangereuse.

En outre, les critiques continuent de critiquer le fait que le gouvernement, qui doit fournir des informations objectives en cas de crise et faire preuve d’une attitude neutre pour minimiser la confusion sociale, montre les intentions politiques en faisant preuve de partialité religieuse et en rejetant tout sur une seule organisation pour la propagation du virus.

Les ONG prennent des mesuers

Les ONG européennes ont publié le 28 février une déclaration conjointe intitulée « Coronavirus et Shincheonji: arrêter la chasse aux sorcières », selon laquelle l’actuel Covid-19 en Corée du Sud est devenu la cible de la haine et la crise des droits de l’homme depuis le 31e cas confirmé d’une membre de Shincheonji .

Dans la déclaration, il a été dit: « Certains politiciens coréens ont fait de Shincheonji un bouc émissaire pour l’épidémie du virus, peut-être pour esquiver les accusations contre leur propre mauvaise gestion de la crise », et « les listes des membres de Shincheonji fournies aux autorités ont été partiellement divulguées, et les fidèles de Shincheonji ont été publiquement insultés et battus, et certains ont été licenciés ».

Les ONG participantes comprennent CESNUR (Centre d’études des nouvelles religions), ORLIR (Observatoire international de la liberté religieuse des réfugiés), FOB (Fédération européenne pour la liberté de croyance), CAP-LC (Coordination des associations et des personnes pour la liberté de conscience), FEIF (Forum interreligieux européen pour la liberté de religion), FOREF (Forum pour la liberté de religion en Europe), LIREC (Centre d’études sur la liberté de croyance, de religion et de conscience), HRWF (Droits de l’homme sans frontières), Soteria International.

Cas de violation des droits de l’homme en Corée du Sud

Certaines agences gouvernementales en Corée du Sud prennent les devants pour déterminer si leurs fonctionnaires sont des membres de Shincheonji. Le ministère de la Justice a ordonné une enquête nationale sur les employés du gouvernement dans les établissements pénitentiaires de déclarer eux-mêmes s’ils ou leur famille sont des membres de Shincheonji.

Le 26 février, une femme membre de Shincheonji d’Ulsan est morte de violence domestique en raison de sa religion. Le mari a admis qu’il avait agressé sa femme pendant des mois sur des questions religieuses et, le jour de l’accident, il a été rapporté qu’elle avait de nouveau été maltraitée par son mari alors qu’il la forçait à arrêter sa marche de foi. Le 10 mars, un autre décès d’un membre de Shincheonji a été signalé à Jung-eup dans la province de Jeolla du Nord. Alors que les médias étaient inondés de fausses nouvelles sur Shincheonji à cause du Covid-19, la persécution accrue de son mari a fait tomber une autre femme de son appartement à sa mort.

En ce qui concerne le 31e cas confirmé de la première membre de Shincheonji atteinte du virus, les fausses nouvelles qu’elle a perturbé le travail à l’hôpital en se battant avec des infirmières ont été propagées via des plateformes en ligne où ses renseignements personnels ont fait l’objet d’une fuite. Le département de police régional de Daegu a déclaré que ces nouvelles d’interruptions n’étaient pas vraies.

L’église de Shincheonji a déclaré que les problèmes de violation des droits humains liés au virus dépassaient 7 500 cas et continuaient d’augmenter.

Jane Kim
Assistant Regional Manager
International Women’s Peace Group (IWPG)
Tel(WhatsApp): +82 (0)10 3138 5023
Email : kyeongbuk@iwpg.org

vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.