Élection En Gambie: Usainou Darboe-adama Barrow, Les Raisons D'une Rivalité Père-fils

Élection en Gambie: Usainou Darboe-Adama Barrow, les raisons d’une rivalité père-fils
962 157 électeurs gambiens sont appelés à élire leur nouveau président. Si les candidats sont au nombre de six, la tendance laisse fortement penser que cette élection se dirige vers un duel. Ainsi, les principaux protagonistes de ce scrutin sont le Président sortant, Adama Barrow (Parti national du peuple-UDP), 56 ans et Usainou Darboe (73 ans), le candidat du Parti Démocratique Unifié (UDP). 

La tension entre les deux hommes s’est faite ressentir lors de la campagne malgré le fait qu’ils s’appellent affectueusement :  »mon papa » (Barrow à Darboe) et  »mon fils » (Darboe à Barrow).

« Mon papa est âgé mais il ne veut pas se reposer. Au soir du 4 décembre, je vais l’envoyer à la retraite forcée ».’, dit Adama Barrow à propos de Usainou Darboe dans l’hebdomadaire Jeune Afrique. Le magazine panafricain avait consacré sa rubrique  »Le match de la semaine » aux deux hommes. « Barrow a utilisé mon nom pour conquérir le cœur des Gambiens pour détrôner Jammeh », évoque Darboe dans l’hebdomadaire.

Barrow, un  »Président par accident »

Pour comprendre l’origine de la brouille Barrow-Darboe, il faut remonter à l’élection présidentielle gambienne de 2016. Adama Barrow se présente à cette élection sous les couleurs de l’UDP, parti de Usainu Darboe, condamné à trois ans d’emprisonnement par la Haute Cour de Banjul. L’élection va voir Barrow l’emporter avec les soubresauts connus de tous. 

Une fois au pouvoir, Adama Barrow constitue un gouvernement composé des membres de la coalition qui l’a soutenu avec comme Vice-président son  »papa » Usainu Darboe. Le nouveau Président reçoit la consigne de faire 3 ans au pouvoir car considéré comme  »président par accident ».

Mais Barrow ne va pas respecter l’engagement préétabli. En 2019, il déclare aller au terme de son quinquennat et affiche ses ambitions pour un second mandat. Par la même occasion, il limoge son ancien mentor de son poste de vice-président ainsi que plusieurs ministres proches de lui (Darboe).

Le chef historique de l’UDP avait fait part de sa volonté de se présenter à la prochaine élection présidentielle (4 décembre 2021). Une ambition jugée incompatible avec les siens par Adama Barrow.
vous pourriez aussi aimer
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.