Fédération Des Syndicats De La Santé : Grève Générale De 72 H à Partir De Mercredi, Marche Nationale Le 29 Juin

Fédération des syndicats de la santé : Grève générale de 72 h à partir de mercredi, marche nationale le 29 juin
Le secteur de la santé est toujours en crise. Après un premier mot d’ordre, la Fédération des syndicats de la santé (F2S) remet ça. Selon le syndicaliste Cheikh Seck, ils ont décidé d’accentuer la lutte face à cette situation voulue de la part des autorités, en décrétant un mot d’ordre de 72 heures, les mercredi 22, jeudi 23 et vendredi 24 juin 2022. La rétention d’informations sur les données sanitaires nationales reste maintenue, alors qu’une marche nationale est prévue le 30 juin 2022 et une grève générale les 29, 30 juin et 1er juillet prochains.

«En effet, nous-mêmes avions été surpris par l’attitude irresponsable et provocatrice du gouvernement qui frise la malhonnêteté intellectuelle qui, on dirait, a atteint son point de non-retour. Les accords du 10 mai avaient retenu la valorisation du régime indemnitaire aussi bien pour les agents de la Fonction publique que pour le personnel contractuel», a  fait savoir la Conférence des secrétaires généraux.

Leur président d’expliquer : «Grande a été notre surprise de constater que plus de la moitié des agents relevant du statut du cadre particulier des agents de la santé et de l’action sociale – décret 77-887 – n’ont pas perçu. A cela, s’ajoutent des coupures sauvages et non justifiées que nous condamnons avec toute l’énergie requise. En dehors de ces ayants droit, aucun agent des collectivités territoriales, aucun contractuel des hôpitaux, des CDS, du ministère de la Santé, en dehors de Cobra, n’a reçu.»

Ce qui fait, avance-t-il, un lot de plus de 25 000 personnes laissées en rade. «Pourtant, quand il s’agit de la sécurité (militaires ou paramilitaires), ils n’ont pas hésité à augmenter leurs avantages pécuniaires, même si nous pensons qu’ils le méritent. Il y a la même rapidité pour régler le problème des enseignants. Maintenant, pourquoi ils respectent beaucoup plus les autres, nonobstant le fait que l’hôpital est devenu l’antichambre de la prison ? Pour une petite chose, le parquet nous désigne coupables en nous enfermant. Trop, c’est trop…», tonne-t-il.

A l’en croire, cela représente la plus grande insulte et le manque de respect notoire à l’endroit des agents de santé. «C’est un affront et un défi pour nous de rétablir ce désordre social, afin de restaurer la dignité des travailleurs de la santé et de l’action sociale. La fédération lavera cet affront. C’est pourquoi nous avons d’autres choix que de nous battre», balance-t-il.

De plus, les syndicalistes ont indiqué que la situation des agents de santé communautaire (ASC) frise l’anormale, pour un système de santé qui se veut performant. «Nous réclamons un statut pour ce personnel. Les hôpitaux souffrent de retards de remboursement des créances de l’État liées à la Couverture maladie universelle, même si l’Etat parlait de remboursement des dettes à hauteur de 20 milliards jusque-là non effectif. Alors que dire des subventions des hôpitaux qui n’ont pas évolué depuis plus de 10 ans et qui ne sont pas à la hauteur de la mission assignée aux hôpitaux, d’où la nécessité de définir des critères objectifs d’allocations budgétaires et d’augmenter les subventions ?», pestent-ils.

Pour eux, la rénovation de l’hôpital Le Dantec n’est qu’un prétexte pour faire main basse sur les terres du site par des réseaux mafieux, sans faire profil bas sur l’hôpital Principal de Dakar qui doit bénéficier d’un traitement basé sur l’équité et la justice sociale. 

«Fondamentalement, le parent pauvre du système sanitaire reste la formation et le manque de personnel qualifié. On nous a annoncé en grande pompe le rattachement de l’ENDSS à l’université. Mais depuis cette date, nous attendons la publication de ce décret et l’ouverture des concours», ont-ils lancé par ailleurs.
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.