Initiatives majeures du Ministre du Commerce à Diourbel pour stabiliser les prix

Le ministre du Commerce et de l’Industrie, Serigne Guèye Diop, s’est rendu hier mardi à Diourbel pour évaluer l’application de la baisse des prix des denrées de première nécessité. Cette visite a également été l’occasion d’annoncer la tenue des Assises du Commerce en septembre prochain.

Serigne Guèye Diop a visité le marché Ndoumbé Diop de Diourbel, où il a pu se rendre compte de l’état actuel des prix et échanger avec les acteurs du secteur. Il a précisé que l’objectif de cette descente sur le terrain était de vérifier l’application des mesures de baisse des prix sur des produits essentiels tels que le riz, l’huile, la farine et le pain. Selon lui, il est crucial de s’assurer que ces prix sont respectés par tous les commerçants, des grossistes aux détaillants.

Le ministre a évoqué la politique mise en place par le gouvernement, sous l’impulsion du président Bassirou Diomaye Faye et du Premier ministre Ousmane Sonko, visant à soulager les ménages face à l’érosion du pouvoir d’achat. Il a également souligné que la baisse des prix n’était pas dirigée contre les importateurs ou les demi-grossistes, mais visait à soutenir directement les jeunes et les femmes.

La visite a permis de constater que la région de Diourbel est insuffisamment couverte en matière de dépôt de stock de farine, avec un seul grossiste pour approvisionner une région comptant près de 400 boulangers. Le ministre a donc demandé à ses services de solliciter les meuniers pour installer de nouveaux grossistes dans différentes villes stratégiques comme Diourbel, Touba et Mbacké. Il a également recommandé aux meuniers d’ouvrir des magasins dans les grandes villes telles que Thiès, Kaolack et Ziguinchor, afin de réduire les risques de rupture de stock et d’assurer une proximité avec les commerçants.

En parallèle, Serigne Guèye Diop a chargé le gouverneur et ses services d’organiser une réunion avec les acteurs locaux pour accélérer l’électrification des cantines du marché Ndoumbé Diop, afin d’améliorer les conditions de travail des commerçants.

Enfin, le ministre a annoncé l’organisation en septembre des états généraux du commerce et de l’industrie ainsi que l’implantation de magasins témoins et de supermarchés où les prix fixés par l’État seront respectés, répondant à toutes les normes d’hygiène. Il a rappelé que l’État prend en charge la TVA et les droits de douane sur la farine, pour un coût total de 53,7 milliards de FCFA, permettant de maintenir le prix de la farine à 15.400 FCFA.

vous pourriez aussi aimer
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.