Senegal Direct | Actualité au Sénégal – Actualité Sénégalaise

Juventus, mercato : la drôle de soirée de Cristiano Ronaldo

0

Alors que les rumeurs concernant son avenir vont bon train, le Portugais a vécu un drôle de match face à l’Udinese.
Dimanche soir aux alentours de 17h30, la Juventus dévoilait sa première composition de la saison. Et dans ce premier onze de Massimiliano Allegri, il y avait un grand absent : Cristiano Ronaldo. Surprenant ? Pas forcément, puisque comme de nombreux joueurs ayant disputé une compétition internationale cet été, le Lusitanien n’a peut-être pas eu une préparation optimale, et n’était peut-être pas à 100% de ses capacités physiques.

Du moins, c’est ce qu’on pouvait penser. Quelques minutes après l’annonce de la composition, Sky Italia dévoilait une petite bombe : c’est Cristiano Ronaldo qui a demandé à ne pas être titularisé, notamment parce qu’il compte bien quitter Turin d’ici la fin du mercato. On peut imaginer que la star lusitanienne ne voulait par exemple pas prendre le risque de se blesser. Quoi qu’il en soit, il a vécu une drôle de soirée.

La Juventus dément tout
Dans ce duel qui s’est conclu sur un match nul 2-2, le Portugais est entré en deuxième période. Il pensait même avoir offert les trois points aux Piémontais en marquant dans les derniers instants de la partie, mais il était finalement hors-jeu de très peu. Un coup dur pour lui, après avoir célébré de manière effusive celui qu’il pensait être le but de la victoire. Les caméras étaient logiquement braquées sur lui, et la Gazzetta dello Sport l’a senti peu impliqué, mais aussi peu trouvé par ses partenaires.

Du côté de la Juventus, on a tenu à calmer le jeu. « Il ne faut pas chercher du sensationnel là où il n’y en a pas. C’est un choix partagé avec le joueur, comme nous sommes au début de la saison il est normal que sa condition ne soit pas au top », a ainsi expliqué Pavel Nedved, le directeur sportif. Max Allegri a lui aussi utilisé l’argument de la gestion et de la préparation physique : « il y a beaucoup de matches, il faut gérer tout le monde ». Mais en Italie, on ne semble pas vraiment y croire…

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.