Khombole: Un berger perd une trentaine de vaches par intoxication alimentaire

Serigne Modou Diaw, propriétaire d’un troupeau de vaches au quartier Keur Macodou de Khombole, a été frappé hier par un drame, qui est encore sur toutes les lèvres. En effet, il a perdu d’un coup une trentaine de vaches, à la suite d’une intoxication à l’urée. Une enquête a été ouverte.

La scène était surréaliste hier au quartier Keur Macodou de Khombole, avec le spectacle d’un troupeau de vaches qui mourraient une à une, sous les yeux du propriétaire Serigne Modou Diaw. Et selon la première évaluation qui a été faite, c’est une trentaine de vaches qui ont ainsi péri. Les premiers témoignages ont fait état d’une intoxication alimentaire, une thèse qui sera d’ailleurs confirmée par l’homme de l’art, en l’occurrence le vétérinaire Birame Fall appelé à la rescousse.

A l’origine du drame, de l’aliment de bétail contenant malencontreusement de l’urée et qui a été servi aux animaux, à travers l’eau d’abreuvage. Après consommation, le spectacle était plus que désolant, avec des vaches qui tombaient une à une.

Toutes les vaches ayant consommé l’aliment ont été atteintes et c’est dans le désarroi total que le propriétaire a eu le réflexe d’appeler le vétérinaire, qui a rappliqué dare-dare. Devant l’ampleur des dégâts, note notre source, il s’est à son tour référé à ses supérieurs et c’est ainsi qu’il lui a été recommandé de donner aux vaches encore vivantes, du vinaigre dilué dans l’eau à hauteur de (50% d’eau et 50% de vinaigre).

C’est cela qui a pu sauver un bon nombre de vaches alors que d’autres étaient déjà égorgées. Cependant, cet acte n’aura également servi à rien, car le vétérinaire a été ferme en informant que la viande n’était pas propre à la consommation. D’ailleurs, après avoir fait les constats d’usage, la gendarmerie a requis les services d’un engin pour creuser une fosse afin que les vaches qui étaient égorgées, y soient ensevelies, de peur que des gens malintentionnées s’emparent de la viande pour la consommer ou la mettre frauduleusement sur le marché.

La catastrophe est survenue aux environs de 10 heures et comme une traînée de poudre, elle s’est répandue dans toute la ville. Certains badauds n’ont pas hésité à rallier les lieux pour s’enquérir des derniers développements.

Pour l’heure, le propriétaire du troupeau, surpris par l’ampleur du désastre, parvient difficilement à trouver les mots traduisant ses sentiments du moment, d’autant plus qu’il vient de perdre plusieurs millions FCfa.

La gendarmerie a ouvert une enquête pour mieux cerner les causes réelles du drame.

L’As

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici