La route nationale N°6 paralysée : Le village Manecounda se mobilise pour son Imam.

L’agitation a enveloppé le village paisible de Manecounda, localisé dans la commune de Simbandi Balante, département de Goudomp. Les habitants, mécontents et inquiets, ont décidé d’exprimer leur frustration d’une manière qui attirerait l’attention de tous : ils ont bloqué la route nationale N°6, l’une des principales artères de communication dans la région, et ont assiégé la mairie locale.

 

Leur principale revendication? La libération de leur imam, une figure de proue de leur communauté, qui est actuellement en garde à vue. La raison de cette arrestation est complexe et remonte à quelques semaines auparavant. Dans la nuit du 6 au 7 juin, des voleurs se sont faufilés dans la propriété de l’imam avec l’intention de dérober ses moutons. Le tumulte de cette tentative de vol a réveillé l’épouse de l’imam, qui s’est précipitée pour évaluer la situation. En guise d’avertissement ou peut-être pour instiller la peur, les voleurs ont tiré des coups de feu en l’air, la dissuadant ainsi de les confronter.

La situation a pris une tournure tragique lorsqu’en s’enfuyant, les voleurs sont tombés sur d’autres villageois qui, dans des circonstances encore floues, les ont tués. L’enquête subséquente menée par les autorités a suivi la trace des moutons dérobés jusqu’à la maison de l’imam, ce qui l’a immédiatement placé sous les feux de la rampe.

Suite à sa convocation initiale à la brigade de Samine, une enquête approfondie, y compris l’examen de son téléphone portable, n’a révélé aucun élément incriminant, conduisant à sa libération temporaire. Cependant, le répit fut de courte durée. Pour des raisons qui demeurent un mystère pour la population, l’imam a été convoqué une deuxième fois et placé en détention.

La réaction du village ne s’est pas fait attendre. Percevant cette deuxième arrestation comme une injustice flagrante, ils ont rapidement manifesté leur désaccord en érigeant des barricades sur la route nationale N°6 près de Simbandi Balante. Même si des tentatives ont été faites pour rétablir la circulation, les protestataires se sont rassemblés devant la mairie, exigeant la libération de leur chef religieux.

Yaya Seydi, le porte-parole des manifestants, a clairement indiqué leur intention de passer à la vitesse supérieure si nécessaire. Ils envisagent de bloquer totalement cet axe majeur, reliant Ziguinchor à Kolda, si leurs demandes ne sont pas satisfaites. La situation est tendue, mettant en évidence le profond respect et la confiance que la communauté place en leur imam, et leur volonté de se battre pour ce qu’ils croient être juste.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Derniers infos

Articles en relation