Ultimate magazine theme for WordPress.

Largué par sa copine, il crée des vidéos p0rnographiques de son ex pour dissuader ses rivaux

Le jeune livreur Babacar Guèye a été condamné hier, à 2 ans dont un mois ferme, par le Tribunal des flagrants délits de Dakar. Le prévenu avait diffusé des images obscènes de son ex copine A.F. Dieng pour décourager ses rivaux.

Le livreur Babacar Guèye a une particulière manière de convaincre son ex copine de renouer avec lui. Il est capable des pires abus pour reconquérir celle avec qui il comptait partager sa vie. Toujours amoureux de son ex-petite amie A.F. Dieng, il se lance dans un combat reconquête qui lui a coûté la liberté. En voulant se réconcilier alors que la fille est déjà passé à autre chose, Babacar sort le grand jeu et partage des images obscènes de son ex-copine. Des images qu’il envoie aux nouveaux prétendants de A.F. Dieng. Seulement, il a été aidé par sa victime qui lui a confié son téléphone pour qu’il le répare. Le jeune homme a saisi l’occasion. Il a pris le cellulaire de la fille, promettant de l’amener chez le réparateur. Mais, il en a profité pour fouiller les messages WhatsApp de son ex copine et répertorier tous les contacts qui font la cour à A.F. Dieng. Aussi Babacar a-t-il transféré sur son portable des images de A.F. Dieng en maillot de bain dans une piscine. Il utilise ces images pour faire un montage de vidéo p0rnographique. Des films qu’il a envoyés au grand-frère de la fille, lui révélant les mauvaises fréquentations de sa sœur. Le prévenu est même entré en contact avec les prétendants de A.F. Dieng et leur a envoyé les vidéos de la demoiselle.

L’histoire commence à s’ébruiter aux Parcelles-Assainies où habitent le prévenu et la plaignante. Même à l’école de la jeune fille, ses camarades de classe avaient reçu les vidéos et images. Babacar Guèye, se sentant pousser des ailes, décide de faire chanter sa victime en lui demandant la somme de 150 000 FCfa. Mais A.F. Dieng ne cède au chantage. Elle décide de porter plainte contre X au commissariat de leur localité. Celle-ci ne donne aucun résultat. La deuxième déposée à la Brigade de la Foire où les gendarmes itou. Ainsi, la demoiselle plus que jamais décidée porte l’affaire devant la Section de recherches de la gendarmerie de Colobane. Et dans leur enquête, les redoutables hommes en bleu ont procédé à une réquisition à la Sonatel et ont découvert que le numéro du mis en cause est identifié sous le nom de Babacar Guèye. Lequel a été convoqué le 29 août dernier pour des besoins d’informations. Le mis en cause qui a accompagné sa victime sur ses démarches judiciaires, a finalement laissé tomber le masque. Auditionné, Babacar craque et avoue être l’auteur des faits.

«J’ai téléchargé la vidéo sur un site p0rnographique»

L’affaire a été jugée hier lundi devant le Tribunal des flagrants délits de Dakar. Le prévenu a reconnu les faits qui lui sont reprochés, soutenant qu’il a agi sous le coup de la jalousie. Car il ne voulait pas perdre sa copine. «On était en couple. Mais on avait des différends à un moment donné. Elle avait complètement changé. Et j’avais l’impression qu’elle me trompait. Au mois de février passé, elle a décidé de rompre la relation alors que moi, je l’aime toujours. Et quand son téléphone portable était tombé en panne. Je lui ai demandé de me le donner pour que je l’amène en réparation. C’est ce jour-là que j’ai accédé dans son WhatsApp. J’ai vu ses discussions avec des hommes. J’ai pris les contacts des gars. Après j’ai fouillé sa galerie et j’ai pris ses photos, elle portait un maillot de bain. J’ai envoyé des messages à tous les hommes qui lui font la cour pour les décourager parce que je voulais me marier avec elle», déclare le prévenu. Revenant à la charge, le juge lui dira : «On dirait que vous n’avez pas confiance en vous», Babacar rétorque : «Bien sûr que si ! C’est juste que je voulais qu’elle me soit fidèle, parce que je l’aime», dit-il. «Vous l’aimez et vous salissez son honneur», charge le juge. «En réalité, j’ai téléchargé la vidéo sur un site p0rnographique et j’ai fait le montage avant de l’envoyer à ses camarades. Mais, ce n’est pas elle sur les images. J’ai agi par jalousie, car j’ai beaucoup misé sur elle. Et je voulais qu’on se marie en décembre prochain. Mais elle m’avait dit de lui laisser le temps de finir ses études», a conclu le prévenu.

«Il a envoyé les images à tous mes ex-copains»

Teint noir et taille moyenne, A.F. Dieng est revenue sur sa mésaventure avec son ex-copain. «En fait, je ne pouvais pas imaginer que c’était lui l’auteur des faits. Car il m’a accompagnée à la police et à la gendarmerie. Il m’a manifesté sa compassion, alors que c’est lui qui a envoyé une vidéo p0rnographique à tous mes amis, disant que c’est moi qui suis sur les images. Il ne l’a pas fait par jalousie. La preuve, il a envoyé la même vidéo à mes copines de classe. Babacar a créé un groupe WhatsApp avec mes ex-copains, prétextant que j’ai changé de numéro. Il leur propose des rencontres comme si je suis une prostituée. Il est allé jusqu’à briser le ménage d’un de mes connaissances. Il me suivait partout. Il demandait même au boutiquier du quartier si je suis sortie ou pas. Il est trop possessif, c’est pourquoi j’ai mis un terme à notre relation», a raconté la plaignante qui n’a pas commis de conseil. Regrettant les faits, le prévenu lui a demandé pardon. Mais la jeune fille a catégoriquement refusé de lui accorder son pardon. Elle a sollicité la somme de 10 millions de FCfa pour la réparation du préjudice causé. Le procureur de la République a requis l’application de la loi pénale. Mes Mamadou Ciss et Massamba Mbaye de la défense ont plaidé l’application bienveillante de la loi pénale. En rendant son jugement, le tribunal a condamné le prévenu à 2 ans dont un mois ferme, en allouant la somme de 1 million de FCfa pour la réparation du préjudice.

vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Open