Le Bloc-notes De Abdou Gningue – Société Civile Ou De …civilité ?

Le Bloc-notes de Abdou GNINGUE – Société Civile ou de …Civilité ?
« AAR Sénégal veillera à ce que la loi soit respectée dans toute sa rigueur notamment sur la question des désistements, de la parité et de la correction des erreurs matérielles. »

Cette coalition dont les principaux dirigeants sont Abdourahmane Diouf, Thierno Bocoum, Thierno Alassane Sall, le Juge Deme et Cheikh Oumar Sy, a fait parvenir aux Rédactions cette mise en garde aux autorités en charge de l’organisation des élections. Dans cette déclaration, les responsables de AAR Sénégal « exigent que les élections prévues ce 31 Juillet se tiennent à date échue ». Donc, AAR Sénégal s’oppose à tout report des prochaines élections législatives.

« Nous, leaders des coalitions (G4)Bokk Gis Gis, Bunt-Bi, Natangue Askan Wi, les Serviteurs appelons au respect du calendrier républicain et de la Constitution ». Cette coalition, elle aussi, exige la tenue des élections à la date du 31 Juillet 2022.

Voilà donc deux coalitions, d’égale dignité avec les autres, autorisées à prendre part au prochain scrutin, qui s’opposent à tout report du scrutin du 31 Juillet prochain. Ce qui n’est pas, du goût, de la plupart des organisations autoproclamées Société Civile, j’allais dire Société de…Civilité ! En effet, elles suggèrent une rencontre entre acteurs politiques pour apaiser le climat très tendu dans notre pays à cause des politiciens, avant l’organisation de toute élection. Si ce n’est pas une demande de report des élections, dites nous ce que c’est.

Flairant une sorte de deux poids deux mesures et un vent de report des élections qui semblent faire l’unanimité au sein de la Société Civile, ces coalitions tiennent au respect du calendrier républicain. Pourtant cette exigence était devenue un disque rayé au sein de toute l’opposition, dans sa globalité. Elle le disait à qui voulait l’entendre: il faut respecter le calendrier républicain et organiser les élections à date échue. C’était une exigence. Mais voilà que 2 coalitions sur 8 autorisées à prendre part à la compétition, commettent des erreurs et la Société Civile se croit obligée de demander à repousser la date des élections pour que les fauteurs soient…prêts.! Quelle est la logique de cette Société Civile qui veut maintenant des élections inclusives mais s’était tue sans demander le report des élections quand 17 partis et coalitions ont été éliminés dès le départ ?

Eh oui ! Pourquoi cette Société Civile est restée muette comme une carpe, quand les coalitions animées par le tout nouveau maire de Kaolack, l’homme d’affaires Serigne Mboup, de Mamadou Diop Decroix, de Fadel Barro et toutes les autres, étaient éliminées de la course des législatives ?

Une Société Civile qui se respecte doit être équidistante de toutes les formations politiques. Que vont penser de la Société Civile, les adhérents et militants des partis qui sont pour le respect du calendrier républicain, c’est à dire organiser les élections au 31 Juillet prochain? Ils n’accorderont plus de crédit à cette Société Civile là !

Un ami, observateur et acteur de la vie politique nationale, me disait, « la démocratie est une affaire utile mais combien fragile. Les acteurs politiques ne doivent pas en être les fossoyeurs».

On est loin de l’époque où les partis politiques essayaient de faire adhérer les citoyens à leurs projets de société. Beaucoup de Sénégalais sont nostalgiques des grandes conférences contradictoires entre les intellectuels du Parti Socialiste (PS) et les autres formations politiques d’obédience Communiste, Trotskiste, Maoïste et que sais-je encore ! Le PS au Pouvoir, outre son École du Parti et son Groupe d’Etudes et de Recherches (GER), avait une grande Fédération des étudiants socialistes animée par un certain Moustapha Niasse ( actuel président de l’Assemblée nationale) ou feu Djibo Leyti Ka, en face de Landing Savane (And Jeff) Abdoulaye Bathily de la Ligue Démocratique ou Feu Mbaye Diack , entre autres . C’était des débats publiques où les arguments des uns et des autres étaient d’une intensité qui pouvaient convaincre tout un chacun. Cela se poursuivait pendant toutes les vacances scolaires et universitaires à travers des conférences itinérantes dans toutes les capitales départementales du pays. Ce qui était remarquable dans ces rencontres, c’était l’absence de critiques crypto personnelles, encore moins d’injures, comme ce que l’on entend aujourd’hui. C’est cela une démocratie apaisée qu’on aimerait voir revenir dans notre pays.

Pourquoi nos membres de la Société Civile ne s’occupent que d’élections comme si l’homme ne se nourrit que de politique ! J’interpelle mon frère et ami (camarade de promotion au Lycée Gaston Berger de Kaolack) Alioune Tine d’Africa Jom Center, d’organiser des conférences publiques contradictoires sur différents thèmes sur les défis auxquels notre pays est confrontés. Pourquoi ne pas demander à chaque formation politique de donner son avis sur la souveraineté alimentaire, le chômage des jeunes, sujets qui doivent interpeller tous les citoyens.

Le spectacle désolant auquel nous avons assisté la semaine passée pouvait être évité et nous épargner la perte de vies humaines, si tout un chacun respectait les règles du jeu politique.

Les acteurs politiques ne doivent pas prendre en otage les citoyens, qui de toutes les façons, auront le dernier mot, le jour du scrutin, en glissant leurs bulletins de vote dans les urnes après avoir choisi librement. Ce sera sans contrainte ni menace. Donc sachons raison garder.

Respectons toutes nos Institutions en particulier la Magistrature car, ceux qui accéderont au pouvoir, devront composer en cas de victoire, avec la Justice, un de ces piliers de la Démocratie ! Eh oui, je ne pense pas que de nouvelles autorités sénégalaises aillent importer des magistrats, en Papouasie ou au Groenland, pour assurer la justice dans notre pays. Idem pour les forces de défense et de sécurité qui nous permettent de dormir du sommeil du juste!

Notre confrère Mouhamadou Alimou Ba de la RFM, a diffusé un dossier intéressant sur la tendance actuelle de nos différentes chaînes de télévision qui préfèrent donner la parole à des chroniqueurs sur un plateau….d’argent que d’envoyer des reporters à la recherche des informations dont ont besoin les téléspectateurs. Tous ces chroniqueurs, experts en Tout mais spécialistes de rien….du Tout! Ils ne font que du Wax Sa Xalaat, c’est à dire ce qu’ils pensent de. Les informations ne se fabriquent sur les plateaux de télévision ou dans les studios climatisés de Dakar. En définitive, ils ne font que de la radio…filmée !


La télévision c’est les images et non les costumes de bidonneurs souvent habillés…par un couturier qui cherche un nom et qui transforme les journalistes en…mannequin.

En définitive, comme l’ont affirmé les spécialistes, nos télévisions sont devenues des médias d’opinions délaissant du coup leur mission première d’être des médias d’Informations. On ne nous informe plus mais on cherche à nous embrigader. C’est triste !

Cette situation doit cesser et les journalistes doivent descendre sur le terrain et nous montrer des images de nos braves producteurs, agriculteurs, pêcheurs, éleveurs et autres, qui nous alimentent de leurs produits frais et souvent Bio que nous dégustons goulûment dans nos salons. Au travail chers confrères !

Revenez à votre mission première : Informez-nous !!

Abdou GNINGUE
Journaliste Citoyen du monde rural

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.