Le prêtre Diagne partage son récit de l’agression subie sur l’autoroute

Le prêtre François Diagne, venu d’Espagne en vacances au Sénégal pour assister au pèlerinage marial de Popenguine a été victime d’une horrible agression. Il rejoue le film de son agression barbare.

Père Jean François Diagne, missionnaire servant présentement à la Maison Provinciale en Espagne où il est affecté, revient sur les circonstances de son agression sur l’autoroute à péage. L’homme de l’Église revient, entre autres, sur les circonstances de son agression, le comportement de son agresseur, ses blessures et la suite qu’il contre donner à cette affaire.

Dans un entretien avec L’OBS, il rapporte : « L’agression s’est passée juste après ma sortie du Service des Mines où je suis allé chercher une nouvelle carte grise d’une voiture qui venait d’être mutée. Après je voulais faire un crochet à Dalifort chez ma grande-sœur, alors j’ai voulu prendre la sortie de Pikine par l’autoroute à péage, parce qu’il y avait un peu d’embouteillages sur la Nationale N°1. Mais dès que je suis entré sur l’autoroute à péage, ma voiture a perdu la vitesse. J’ai un peu insisté pour continuer à rouler, mais la voiture s’est éteinte. J’ai serré du côté droit pour voir comment réussir à redémarrer la voiture. Cela m’a pris quelque chose comme cinq (5) minutes. Et immédiatement, j’ai vu l’agresseur se diriger sur moi avec une machette. Il a forcé la portière qui était un peu entrouverte. Après, il a voulu me contraindre à rester dans la voiture, ce que j’ai refusé. Et c’est là qu’il a voulu m’attaquer avec la machette et j’ai tenté d’attraper ses deux mains. Quand il a senti ma résistance, il a tiré la machette. C’est là qu’il m’a déchiré les deux mains. »

Il poursuit : « C’est quand il a déchiré mes mains qu’il a pu prendre ma pochette qui était posée à l’intérieur de ma voiture. Je ne me suis même pas rendu compte immédiatement qu’il l’avait pris parce qu’il m’exigeait aussi de lui remettre mon téléphone portable. C’est quand je suis allé ouvrir le capot pour prendre la clé à roue pour me défense qu’il a courue pour traverser le petit mur qui sépare les deux autoroutes. J’ai par la suite appelé mon mécanicien pour venir dépanner la voiture. Et je suis allé après rapidement à l’hôpital général Idrissa Pouye de Grand-Yoff (ex -Cto) où j’ai été opéré, parce mon tendon du doigt était coupé. La main gauche aussi était gravement touchée. Sur la main droite également le majeur était ouvert. »

« Mon opération à l’hôpital a duré pratiquement de 21 heures à 4 heures du matin. On m’a plâtré la main », a-t-il indiqué. Avant d’ajouter : « l y avait dans la pochette ma carte de résidence d’Espagne, ma carte d’identité, la carte grise de la voiture, de l’argent (francs Cfa), des devises en Euro. Quid de l’argent volé ? « Il y avait dans la pochette 200 Euros et environ 180 000 francs Cfa. »

Il annonce qu’il doit passer (aujourd’hui lundi, Ndlr) à la Gendarmerie des Maristes pour faire la déposition. « our le moment, je rends grâce à Dieu. Les douleurs commencent à diminuer. Les médecins m’ont prescrit des médicaments que je suis en train de prendre. Comme la main est plâtrée, je vais attendre les 21 jours prescrits par les médecins pour pouvoir savoir l’évolution des choses. »

vous pourriez aussi aimer
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.