Senegal Direct | Actualité au Sénégal – Actualité Sénégalaise

Le procureur à 10.000 PROBLÈMES: «Au lieu de nous donner 10.000 solutions, il multiplie ses 10.000 problèmes en autant de problèmes»

0

«Au lieu de nous donner 10.000 solutions, il multiplie ses 10.000 problèmes en autant de problèmes». Ce sont là les propos du procureur à l’encontre de l’artiste rappeur 10.000 problèmes, avant de requérir 1 an de prison ferme. Fort heureusement pour l’artiste, le juge du tribunal des flagrants délits de Dakar devant qui il a comparu hier l’a condamné à 3 mois de prison assortis du sursis pour violation du couvre-feu, avant de le relaxer pour provocation directe à un attroupement, organisation d’une manifestation sans autorisation.

Très téméraire voire même loquace ou acerbe dans ces lives sur YouTube, c’est un autre «10.000 problèmes», plus serein et doux qui a fait face hier au juge du tribunal des flagrants délits de Dakar. De son vrai nom Mouhamadan Fall, cet artiste-peintre et rappeur a été renvoyé devant cette juridiction pour les chefs de provocation directe à un attroupement, organisation d’une manifestation sans autorisation et violation du couvre-feu, mais il n’a reconnu que la dernière infraction. Et il a présenté ses plates excuses au tribunal. Sur les faits objet de son interpellation, il a été alpagué vendredi dernier suite à un live qu’il avait réalisé vers les coups de 23 heures en cette période de couvre-feu. Dans son contenu, on pouvait entendre : «nous avons marre du confinement ! Le Président doit aider les Sénégalais à circuler librement». Interrogé, «10.000 problèmes» a indiqué que sa vidéo a eu cette ampleur à cause des sites d’informations. «C’est une erreur. Je jure que c’est la première fois. Je n’ai incité personne à faire une manifestation. En faisant le live, c’était pour inviter les policiers à voir ce qui se passe dans la rue. Je sensibilisais les gens», dit-il. Et de poursuivre : «waxuma couvre-feu. Mais marche sax fuma ko gis damay wiiri (je ne parle pas du couvre-feu. Mais si je vois des gens manifester, je ferai un détour). Il en a d’ailleurs profité pour inviter les jeunes à ne pas se mettre dans des embrouilles, parce que c’est suicidaire de se retrouver en prison avec des conditions précaires de détention au Sénégal.

Le procureur de la République s’abat sur lui

Malgré ces vaines tentatives de vouloir faire gober au tribunal son mea culpa, le procureur a requis 1 an de prison ferme contre 10.000 problèmes. À en croire le parquetier, pour se tirer d’affaire, le prévenu fait croire que son direct a été fait pour sensibiliser les populations. «Sa stratégie de défense ne peut pas prospérer. En sortant, il savait pertinemment qu’il serait suivi par des jeunes gens. Il savait qu’il allait provoquer un attroupement. Pour nous, son comportement est un comportement de sédition. Alors qu’on tente de faire face à cette pandémie, des citoyens avec l’esprit subversif donnent l’idée à des jeunes de ramer à contre-courant des décisions prises par l’administration pour freiner cette maladie. Au lieu de nous donner 10.000 solutions, il multiplie ses 10.000 problèmes en autant de problèmes», a pesté le ministère public.

10.000 problèmes écrase quelques larmes devant la barre

Face à 10.000 problèmes qui a écrasé quelques larmes devant la barre, Me Iba Mar Diop s’est indigné du réquisitoire sévère du parquet. De ce fait, il a demandé au tribunal de rapporter les propos de son client dans son contexte. «Il a demandé au Président de ne pas confiner les gens. Il lui a demandé d’apporter la paix aux populations. Il ne faut pas sortir ses propos de leur contexte. Qu’est-ce qui est subversif dans ce qu’il a dit ? Ce n’est pas lui qui a provoqué l’attroupement. Les gens ont investi spontanément les rues. Il a tenu des propos mesurés à mon avis. Il ne faut pas lui donner une dimension qu’il n’a pas», a indiqué son conseil. N’empêche, le tribunal qui l’a relaxé pour les délits de provocation directe à un attroupement, d’organisation d’une manifestation sans autorisation, l’a condamné à 3 mois de prison assortis du sursis pour l’infraction de violation du couvre-feu.

Fatou D. DIONE

LES ECHOS

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.