Ultimate magazine theme for WordPress.

Les deux 11 de légende du Clasico Vintage Real Madrid-FC Barcelone

Le Clasico espagnol est sans doute le match de championnat le plus regardé dans le monde. Et voici quels pourraient être les deux meilleurs onze de départ de ces 25 dernières années.

<iframe frameborder= »0″ width= »700″ height= »400″ src= »https://www.dailymotion.com/embed/video/x7taqs0″ allowfullscreen allow= »autoplay »></iframe>

Chaque année, c’est la même histoire. Habitués à se livrer un mano a mano dans la course au titre de champion d’Espagne, le Real Madrid et le FC Barcelone passionnent les foules. Et quand les deux mastodontes nous offrent du plaisir supplémentaire en s’affrontant en Coupe d’Europe, c’est encore plus jouissif. Véritables références de la planète football, les deux formations espagnoles savent faire rêver avec des effectifs souvent composés des plus grands joueurs du ballon rond. En se basant sur les 25 dernières années et en référence à la proposition d’Iker Casillas voulant organiser un Clasico vintage pour récolter des fonds, nous avons imaginé ce que pourrait être un Clasico en réunissant tous les meilleurs éléments de 1995 jusqu’à aujourd’hui.

Une sélection forcément marquée par une histoire récente durant laquelle le Barça de Pep Guardiola et le Real Madrid de Zidane Zidane ont tour à tour dominé l’Europe. D’ailleurs, à l’heure de coucher le onze type merengue, près de la moitié des noms alignés ont réalisé l’incroyable exploit de l’ère ZZ, à savoir les quatre Ligue des Champions remportées en cinq ans, dont trois consécutivement (2016, 2017, 2018). Portier et capitaine emblématique, San Iker Casillas garderait les cages. Devant lui, une défense à quatre pleine de grinta et de classe composée de Daniel Carvajal, Sergio Ramos, Fernando Hierro et de Roberto Carlos.

Le milieu de terrain évoluerait avec quatre éléments. À commencer par le Français Claude Makelele. Présent durant la première ère des Galactiques, « Make » a trop souvent été sous-estimé au sein d’une équipe déséquilibrée et trop tournée vers l’offensive. La Casa Blanca s’en aperçut lors de son départ à Chelsea. À ses côtés, il y aurait le fin technicien Fernando Redondo, dont le retour au Bernabéu sous le maillot de l’AC Milan avait été marqué par une énorme ovation du public madrilène. Enfin, Luka Modric et l’inévitable Zinedine Zidane complètent l’entrejeu.

Une pluie de stars

Auteur du but d’anthologie lors de la finale de la Ligue des Champions 2002 face au Bayer Leverkusen, ZZ a été l’un des rares hommes du Real à avoir remporté la plus prestigieuse des compétitions européennes en tant que joueur et entraîneur. Enfin, si Karim Benzema ne fait pas partie de ce onze, c’est tout simplement par ce que le 6e meilleur buteur de l’histoire de la Casa Blanca est devancé par deux légendes. Les deux meilleurs artilleurs du club Cristiano Ronaldo (450 buts en compétitions officielles) et Raul (323).

Côté Barça, là aussi du beau monde était prétendant à une place dans le onze de légende blaugrana. Mais comme nous vous l’avons indiqué ci-dessus, la patte du Barça made in Pep Guardiola (et celui de la fin de l’ère Rijkaard) a lourdement pesé à l’heure de dessiner le meilleur visage catalan. Ainsi, Victor Valdès serait aux cages. Partenaire privilégié de Lionel Messi sur le côté, Daniel Alves est l’indétrônable latéral droit. À côté de lui, deux monstres sacrés du football espagnol : Carles Puyol et Gerard Piqué. Enfin, Eric Abidal crée une petite surprise en devançant Jordi Alba pour le poste d’arrière gauche.

Qui dit Barça, dit 4-3-3. Et pour articuler le milieu de terrain, il n’a pas fallu chercher très loin dans le temps pour ressortir le trident qui a permis à Guardiola d’avoir un Barça presque invincible. Xavi, Andrés Iniesta et Sergio Busquets à la récupération pour un entrejeu débordant de technique. Enfin, pour ce qui est de l’attaque, le Brésilien Ronaldo a beau avoir signé une saison 1996-1997 de folie (47 buts en 49 matches officiels), il n’est pas présent. Ni dans le onze merengue d’ailleurs puisqu’il a porté les deux tuniques. Mais le Brésil reste bien représenté car Ronaldinho a connu un véritable plébiscite. Tout comme l’inévitable Lionel Messi et Samuel Eto’o.

vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.