Ultimate magazine theme for WordPress.

membre de la Plateforme internationale sur la finance durable. Un cadre qui a pour mission d’aider à respecter les engagements de l’accord de Paris sur le climat. « Pour atteindre les objectifs de Paris, des milliards d’investissements dans des infrastructures durables seront nécessaires au cours des prochaines décennies. La PIFD est essentielle pour stimuler les investissements et réorienter les flux de capitaux vers nos objectifs climatiques à l’échelle requise pour la transition économique la plus importante de notre époque », explique un communiqué du ministère des Finances et du Budget. En fait, la Pifd est une sorte de forum destiné à faciliter les échanges et mettre en cohérence les efforts en matière d’initiatives et approches de la finance durable. Son but est ainsi de promouvoir l’intégration des marchés de produits financiers tournés vers l’économie verte. « Elle mettra l’accent sur des initiatives telles que les taxonomies, les normes et labels, et la mise à disposition des informations, qui sont fondamentales pour que les investisseurs identifient et saisissent les opportunités d’investissement vert dans le monde entier », ajoute le document. L’organisation regroupe l’Union européenne et d’autres pays comme l’Argentine, le Canada, le Chili, la Chine, l’Inde, l’Indonésie, le Kenya, le Maroc, la Nouvelle-Zélande, la Norvège, Singapour et la Suisse.

Le Sénégal a signé jeudi trois (3) accords de coopération avec la République fédérale d’Allemagne, aux termes desquels la partie allemande va apporter un appui budgétaire de 146 millions d’euros, environ 96 milliards de FCfa, sous forme de don, en soutien au programme national de résilience économique et sociale mis en place dans le cadre de la lutte contre la Covid-19.

Les trois accords en question ont été signés par le ministre de l’Economie, du Plan et de la Coopération, Amadou Hott, et l’ambassadeur d’Allemagne au Sénégal, Stephan Röken, en présence de la représentante de l’Union européenne, Irène Mingasson.

Selon Amadou Hott, ces accords de coopération technique et financière “constituent un appui budgétaire additionnel de l’Allemagne en faveur du Sénégal pour soutenir son Programme de résilience économique et sociale (PRES) dans le contexte de la crise Covid-19.”

M. Hott a par la même occasion magnifié le “dynamisme” de la coopération sénégalo-allemande, à l’image de celle liant Dakar à “toute l’Union européenne” et qui s’est, selon lui, “bien adaptée au fil des temps en fonction des priorités et orientations majeures définies par les autorités.”

“L’objectif principal de notre soutien est d’aider le gouvernement sénégalais à préserver les emplois du secteur privé et à empêcher la faillite des entreprises”, a expliqué le secrétaire d’Etat allemand à la coopération et au développement, Martin Jager, note l’Aps.

vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.