Moustapha Niasse prend position pour BBY et soutient Amadou Bâ

L’Alliance des forces de Progrès (AfP) est-elle sur le point de quitter la coalition Benno Bokk Yaakaar (BBY) ? tout porte à le croire. car le Secrétariat Politique Exécutif s’est fendu d’une note pour visiblement tirer un bilan négatif de leur compagnonnage avec l’appareil politique dirigé par Macky Sall.

Qui veut tuer son chien l’accuse de rage. Voulant sans nul doute quitter le navire Benno Bokk Yaakaar (BBY) qui a coulé lors de la dernière élection présidentielle face à l’iceberg Diomaye Président, l’Alliance des Forces
du Progrès (AFP) est en train de chercher des poux à la coalition dirigée par l’ex chef d’État Macky Sall pour certainement prendre son destin en main.

«Abordant le deuxième point de l’ordre du jour, le SPE a projeté un regard critique sur le bilan de l’AFP au sein de BBY, ces douze dernières années, où le parti a subi, à plusieurs reprises, des investitures opaques et cavalières, facilitées par des dispositions du code électoral. Ce déséquilibre s’est vérifié également dans les nominations dans l’appareil d’Etat et dans les Institutions», informe un communiqué.

Selon le document, «une succession d’initiatives inopportunes et de faits singuliers ontfragilisé le candidat Amadou Ba, qui a subi les contrecoups d’une image écornée de Benno Bokk Yaakaar, et d’accords opaques ».

«L’AFP, quant à elle, a soutenu, avec constance et cohérence, le candidat Amadou Ba, conformément aux orientations et recommandations du Congrès d’investiture du 17 décembre 2023. La démocratie sénégalaise
a prouvé sa solidité à l’occasion de l’élection présidentielle du 24 mars 2024. C’est dans cet esprit que l’AFP adresse ses félicitations au Président Bassirou Diomaye Diakhar Faye et souhaite que notre pays connaisse des progrès significatifs sous son mandat, et dans tous les domaines, notamment dans les secteurs clés du monde rural, de
la valorisation des produits locaux, de l’éducation, de la santé, de la sécurité et de la préservation, sans aucune forme de complaisance, de l’intégrité du territoire national», renseigne le document.

En ce qui concerne la reddition des comptes, ajoute le texte, «c’est un principe intangible dans le fonctionnement normal de la République, mais elle doit être menée sans arrière-pensée, de manière impersonnelle,
conformément aux Lois et Règlements de notre pays».

«Elle doit être poursuivie, mais elle ne saurait servir de palliatif pour mettre le boisseau sur les promesses liées à l’amélioration des conditions de vie des populations.
C’est le lieu de saluer la validation des vertus du Dialogue, approche qui sied à la respiration consensuelle et solidaire de notre société. Le pari sera gagné si la justice devient plus accessible et voit ses moyens matériels
et humains considérablement renforcés», ont fait savoir Moustapha Niasse et Cie.

vous pourriez aussi aimer
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.