Ultimate magazine theme for WordPress.

Nigeria : un groupe islamiste en colère brûle le drapeau de la France

Certains membres du Mouvement islamique du Nigeria (IMN) ont brûlé mardi le drapeau de la France dans le territoire de la capitale fédérale (FCT), Abuja suite aux commentaires du président Emmanuel Macron sur les caricatures du prophète Mahomet publiées dans un magazine.

De nombreux musulmans ont qualifié les dessins animés de «blasphématoires».
Dans une interview accordée à Al Jazeera samedi, Macron a déclaré qu’il comprenait les sentiments exprimés par les musulmans à propos des caricatures, mais qu’il avait le devoir de protéger les droits – tels que la liberté d’expression – des citoyens de son pays.

«Vous devez comprendre mon rôle dès maintenant, c’est faire deux choses; pour promouvoir le calme et aussi pour protéger ces droits », a déclaré Macron.

«Je défendrai toujours dans mon pays, la liberté de parler, d’écrire, de penser, de dessiner. Je pense que les réactions sont le résultat de mensonges et de distorsions de mes propos parce que les gens ont compris que je soutenais ces dessins animés”.

Mais le commentaire du président a déclenché des manifestations anti-françaises dans le monde musulman. Lors de leur marche à Abuja, les membres de l’IMN ont brûlé le drapeau de la France en scandant des chansons.

Dans une déclaration, Sidi Munir, un membre de l’IMN, a décrit la publication comme une attaque contre les musulmans.

“Nous avons mis le feu au drapeau de la France en réaction à l’attaque contre l’islam et les musulmans par le président français Emmanuel Macron depuis le crime odieux de publier des caricatures du Prophète par le magazine Charlie Hebdo“, a déclaré Munir dans un communiqué diffusé lors de la manifestation.

«C’est pourquoi nous applaudissons la campagne actuelle à travers les musulmans et tous les amoureux de la paix et de l’humanité.»

La manifestation a provoqué une panique au marché de Wuse où elle s’est terminée. Certains commerçants ont fermé à la hâte leurs magasins en panique face à la possibilité d’une flambée de violence.

vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.