Plus de 500 élèves exclus, bisbilles entre proviseur et profs… : L’école est en ébullition à Diourbel

Onze jours après l’ouverture des classes, l’école est en ébullition. Des enseignants du lycée d’enseignement général de Diourbel sont remontés contre la décision de l’inspecteur d’Académie qui a autorisé le redoublement exceptionnel de 184 élèves sur les 384 qui ont été exclus.
A Lambaye, les parents d’élèves souhaiteraient que l’inspecteur d’Académie infirme les décisions des conseils de classe qui ont renvoyé 200 élèves. Dans le département de Mbacké, les professeurs du lycée Kéré Mbaye sont en grève depuis samedi.

Rien ne va plus au lycée d’enseignement général de Diourbel. A l’origine, un bras de fer entre l’inspecteur d’Académie et le personnel enseignant. Ces enseignants sont accusés par l’association départementale des parents d’élèves d’avoir procédé à l’exclusion de 384 élèves.

Après avoir examiné l’affaire qui fait grand bruit à Diourbel, l’inspecteur d’Académie, par note de service n°0000338 en date du 14 octobre 2021, a décidé, “au regard du contexte de la pandémie de la Covid-19 et de son impact sur les enseignements-apprentissages et sur les apprenants, du redoublement à titre exceptionnel et dérogatoire des 21 élèves des classes de seconde, 85 élèves des classes de première et 78 élèves de terminale. Soit un total de 184 élèves sur les 384 qui ont été exclus’’.

Il a, ensuite, instruit le proviseur d’exécuter cette décision. Cette décision de l’inspecteur d’Académie n’agrée pas les professeurs. Dans une déclaration à la presse lue par Daouda Diallo, Professeur d’anglais, les enseignants du Leg tiennent pour responsable l’inspecteur d’Académie “des conséquences qui pourraient découler de sa décision de reprendre 184 élèves exclus sur les 384 élèves exclus’’.

D’ailleurs, M. Diallo et ses collègues se lavent à grande eau et rappellent aux populations : “Nous, professeurs du Leg, tenons à informer l’opinion nationale qu’aucun des exclus ne l’a été en dehors des conditions édictées par ces textes.

D’abord, dire que les enseignants excluent les élèves, c’est ignorer totalement l’organisation et le mode de fonctionnement des conseils de classe. Le conseil de classe est composé du proviseur, du censeur, des professeurs et des surveillants, et ses décisions sont souveraines, comme le stipule la circulaire n°02622 du 15 mai 1990 relative aux décisions du conseil de classe de fin d’année.

A cela s’ajoute l’arrêté ministériel n°00023 du 15 juillet 2021 qui demande au conseil de vouloir bien veiller aux conditions de passage en classe supérieure et ceci malgré les conséquences de la pandémie à Covid-19.’’

Ces enseignants marquent leur désaccord par rapport à la décision de l’inspecteur d’Académie de vouloir “recaser’’ illégalement 184 élèves sur les 384. Par cette décision qu’ils qualifient d’arbitraire, les professeurs notent :

“L’inspecteur d’Académie a sciemment torpillé l’arrêté ministériel. En conséquence, nous attirons l’attention des autorités compétentes sur les éventuelles conséquences qui pourraient découler de cette décision de l’inspecteur d’Académie.’’

Ils accusent l’inspecteur d’Académie de violer illégalement les textes qui régissent les décisions des conseils de fin d’année des classes. Et s’insurgent du fait qu’il “a été rapporté dans la presse et les réseaux sociaux que les professeurs du Leg ont exclu 384 élèves dans le but de les reprendre dans les écoles privées’’.

200 élèves exclus à Bambey
Outre cet établissement, le lycée de Lambaye, dans le département de Bambey, connaît des soubresauts, avec l’exclusion de 200 élèves. Dans cette localité, les parents d’élèves ont saisi l’inspecteur d’Académie pour qu’il autorise certains élèves à redoubler exceptionnellement.

Au lycée Kéré Mbaye de Mbacké, les professeurs observent, depuis samedi dernier, un mouvement d’humeur.

Dans une correspondance adressée à l’inspecteur d’Académie et dont “EnQuête’’ détient copie, les professeurs écrivent : “Monsieur l’Inspecteur d’Académie, depuis octobre 2019, le lycée de Kéré Mbaye traverse une phase délicate et inédite de son évolution, au grand dam du climat social et des activités pédagogiques. Mais si le diagnostic laisse apparaître un constat qui saute aux yeux, les symptômes et la cause de cette anomalie ne sont pas moins visibles.

Depuis qu’il est nommé proviseur du lycée de Kéré Mbaye, M. Aidara peine à tenir la barque et multiplie les dérives et les actes nonéthiques qui vont aux antipodes de la morale humaine et professionnelle.

Parmi ses agissements qui ont fini d’installer l’administration dudit lycée dans d’éternels troubles, nous pouvons vous signaler le fait qu’il est toujours en conflit, soit avec l’intendant, soit avec le censeur ou le corps professoral, allant même jusqu’à plusieurs reprises à des prises de main.’’

Et la goutte d’eau qui a fait déborder le vase, ce sont les injures que le proviseur a proférées à l’endroit d’un professeur d’anglais et de l’intendant du lycée. Au niveau de cet établissement, des syndicalistes regroupés au sein du G7 sont attendus, ce matin, pour essayer de trouver une solution aux problèmes.
EnQuete

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Derniers infos

Articles + Lus

Articles en relation