Senegal Direct | Actualité au Sénégal – Actualité Sénégalaise

PSG : retour sur l’histoire d’amour manquée entre Mauro Icardi et le FC Barcelone

0

Demain soir, Mauro Icardi devrait être titularisé par Mauricio Pochettino à l’occasion du huitième de finale aller de Ligue des Champions face au FC Barcelone. L’occasion de rappeler la brève histoire d’amour que l’attaquant argentin a eu avec le club catalan.

Demain soir, le Paris Saint-Germain jouera l’un des matches les plus excitants de sa saison. Opposé au FC Barcelone en huitième de finale de la Ligue des Champions, les hommes de Mauricio Pochettino vont disputer le match aller en Catalogne. Un choc qui aura forcément des airs de retrouvailles après la remontada marquante de 2017. Un rendez-vous qui s’annonce également compliqué pour des Franciliens privés de Neymar et d’Angel Di Maria en attaque. Pour faire trembler les filets blaugranas, Pochettino comptera donc sur Kylian Mbappé, Moise Kean et Mauro Icardi. Et pour l’Argentin, ce sera d’ailleurs une nouvelle occasion de filer le Camp Nou et de tenter de briller face au club qui aurait dû lancer sa carrière en Europe.

Car Mauro Icardi est un véritable globe-trotter de la planète football. Né en Argentine en 1993, l’attaquant du Paris Saint-Germain a commencé à toucher le ballon rond dans son pays avant de filer en Espagne à l’âge de huit ans. Obligé d’émigrer pour des raisons économiques (ses parents cherchaient à fuir la crise en Argentine), Icardi a alors atterri du côté de Vecindario, une petite ville située dans les îles Canaries. Sur son île, le jeune Mauro passera sept ans avec son club, l’Union Deportivo Vecindario. L’occasion pour lui de se faire remarquer très rapidement par ses éducateurs.

Repéré par le Barça aux Canaries

« C’était quelque chose d’anormal. Il n’était pas encore le buteur typique comme il est aujourd’hui. Mais il faisait des choses qui n’étaient pas normales pour son âge. Ça fait presque vingt ans que j’entraîne ici, aux Canaries. Il y a eu de bons joueurs, dont plusieurs ont été internationaux. Mais des comme lui, je ne m’en rappelle pas d’autre », se souvenait Jesus Hernandez, son ex-coach à Vecindario, dans un entretien accordé à El Español en 2017. Et Hernandez avait de quoi être fan d’Icardi. « Je l’ai vu marquer sept buts lors d’une finale contre Las Palmas. Il marquait plus de cent buts par saison lorsqu’il jouait à 8 contre 8. Et c’était environ 50 buts par saison quand il est passé au foot à 11 », explique Hernandez.

Serait buteur aux Canaries, Icardi a alors commencé à attirer l’oeil des recruteurs de grands clubs. Et c’est finalement le FC Barcelone qui a raflé la mise. Agé de 15 ans en 2008, Icardi fait le grand saut et change de dimension. Débarqué dans l’un des plus prestigieux clubs d’Europe, l’Argentin pense réaliser son rêve et devient même le joueur de son âge le mieux par d’Espagne. « Bienvenue à Barcelone ! Ça fait neuf mois que nous t’attendons. C’était comme un accouchement », lui dira même un certain Pep Guardiola à son arrivée. « Icardi ne voulait aller qu’au Barça. C’était sa décision. C’était le club qu’il avait toujours aimé », en 2018, Abian Morano Santana, son ancien agent.

Sous la tunique blaugrana, le natif de Rosario s’est montré plutôt performant avec 19 buts inscrits lors de sa première saison chez les U17, avant d’en planter 17 lors de son passage avec les U19. Deux saisons et demie en Catalogne avant que le divorce ne soit prononcé en décembre 2011 et un départ à la Sampdoria. Pourquoi un tel gâchis alors qu’Icardi n’a pas encore joué un seul match avec l’équipe première en Liga ? Malheureusement pour lui, l’arrivée aux commandes de Pep Guardiola a grandement provoqué ses envies d’ailleurs. La raison ? Le choix du technicien espagnol de ne pas faire d’un pur numéro 9 l’un des piliers de son attaque.

Obligé de partir à cause du style Guardiola

« Il a eu de sérieux problèmes au Barça. Le numéro 9 n’était pas considéré comme un joueur important. Lionel Messi était déjà en équipe première quand Pep Guardiola a été nommé. Le rôle d’avant-centre a complètement été modifié. Il n’y avait plus d’espaces pour Mauro. Regardez ce qui est arrivé à David Villa, Zlatan Ibrahimovic et même à Thierry Henry. Ils ont tous évolué à un poste qui n’était pas le leur. Donc j’ai pris la décision de dire à Mauro : « tu dois partir de Barcelone. » Il avait confiance en moi et ses parents aussi. Il était le meilleur buteur de ses catégories. Mais lors de sa troisième année, il était devenu clair qu’un changement était vital. Oscar Garcia était le coach et il a commencé à jouer avec un faux neuf en mettant Rafinha à ce poste. C’est là que j’ai décidé d’aller demander au club de le laisser partir », a indiqué Morano Santana.

Ancien entraîneur d’Icardi avec les U17 catalans et ex-milieu de terrain blaugrana entre 1993 et 2002, Sergi Barjuan, dit Sergi, a confirmé la thèse du clan de l’Argentin. « J’ai passé une saison avec lui. Il était grand, fort, un grand buteur. Sur le plan technique, par rapport à un club comme le Barça, honnêtement, c’était passable. C’était un petit gars des Canaries. Les gens de là-bas doivent souvent être poussés parce qu’ils ont tendance à se relâcher rapidement. Il est parti parce qu’il voulait grandir. Il avait la chance de pouvoir le faire à Barcelone, mais il a vu que son style allait le mettre en difficulté. Donc il a pris cette décision et ce fut un choix judicieux. Ce n’était pas une question d’être compatible ou pas à l’ADN du Barça. Il a plein de qualités. Mais il voulait avoir une idée claire sur son futur, ce qu’il était incapable d’avoir au Barça. » La suite, on la connaît. Après un an et demi à la Sampdoria, Icardi filera à l’Inter où il consolidera sa réputation de serial buteur (111 buts inscrits en 188 matches de Serie A) avant de débarquer au PSG.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.