Senegal Direct | Actualité au Sénégal – Actualité Sénégalaise

Question pour le Président : l’Assemblée nationale, serait-elle devenue, sous votre magistère, un sordide repaire de malfrats de tout acabit ?

0

L’Assemblée nationale, jadis composée et animée par d’honorables et respectables députés, serait-elle devenue, sous votre magistère, un sordide repaire de malfrats de tout acabit ?

Monsieur le Président de la République, il serait tout à fait normal et légitime de se demander pourquoi je mets permets de vous interpeller sur des sujets concernant l’Assemblée nationale. En effet, nous sommes censés vivre dans une république démocratique ou est consacrée la séparation des pouvoirs entre l’exécutif, le législatif et le judiciaire. Une séparation qui devrait garantir la liberté et le droit de chacun de ces rois pouvoirs de s’administrer et de fonctionner selon des règles et des principes propres définis au préalable par notre Constitution. Malheureusement, et c’est vraiment de le constater, nous ne sommes pas, au Sénégal, dans le schéma d’une véritable démocratie répondant aux standards et normes classiques. D’aucuns diraient même que notre démocratie est cosmétique et que notre république pourrait être qualifiée de bananière. C’est, peut-être, un peu trop tirer par les cheveux, mais toujours est-il que tous les observateurs sérieux et objectifs admettent que dans notre pays il n’y a qu’un seul pouvoir, celui de l’exécutif, du Président de la république, en somme le vôtre.

Monsieur le Président de la république, c’est amère de la constater et regrettable de le dire, notre république n’existe, ne vit et ne fonctionne qu’à travers vos seuls pouvoirs institutionnels et personnels. Les pouvoirs législatif et judiciaire n’existent que de nom et sont totalement sous votre autorité, sous votre emprise et sous votre contrôle ; les plus méchants diront sous votre férule, ce qui n’est point loin de la réalité. Le pouvoir judiciaire que d’éminents penseurs considèrent comme le dernier rempart contre la dictature, l’arbitraire et les abus de pouvoir, est totalement à votre service.
La justice est instrumentalisée, à la limite de la réification, avec un certain nombre de magistrats, notamment ceux de la haute hiérarchie, à la dévotion totale de l’exécutif et prompts à exécuter sans état d’âme vos desiderata. Cette soumission est obtenue à travers la pratique d’une forme de corruption consistant à l’octroi d’avantages, de privilèges et de faveurs indes de toutes sortes. La justice, au Sénégal, a dévié, à plusieurs occasions et en plusieurs circonstances, de sa trajectoire et de se principes d’égalité et d’équité symbolisés par la balance.

Monsieur le Président de la République, quant à notre inutile et tristement célèbre assemblée nationale, elle ne répond plus, depuis longtemps, aux attentes des Sénégalais très déçus par ses prestations, particulièrement par rapport à la présente législature considérée comme la plus nulle, la plus inutile et la plus catastrophique de l’histoire de l’institution parlementaire de notre pays. Le premier handicap et facteur à son émancipation est la présence à sa tête d’un vieillard grabataire, sénile et impotent qui a réussi l’extraordinaire prouesse d’avoir eu une vie politique transversale unique qui a débuté avec le Président Léopold Sédar Senghor, en passant par Abdou Diouf et Abdoulaye Wade pour se poursuivre avec son petit fils, le Président Macky Sall.

Le Président de l’assemblée nationale qui donne l’impression de vouloir défier la marche inexorable du temps, refuse d’admettre qu’il est au crépuscule de sa vie biologique et politique, qu’il est en fin de cycle. L’actuel Président de l’assemblée nationale qui aurait dû et pu être une référence historique et une véritable icône de l’histoire de notre pays, s’est rabaissé en vendant son âme au diable, en se donnant totalement et entièrement à vous et en livrant l’institution parlementaire à la merci de l’exécutif qui, de manière éhontée et dégradante, s’en sert en l’utilisant comme une instance de faire valoir et cautionnement de ses loi scélérates.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.