Réseau social : « TIKTOK », cette plateforme serait source de troubles neurologiques chez la gente féminine

Un article paru dans le plateforme nommé « PhonAndroid » a démontré encore une autre anomalie causé par les réseaux sociaux. Cette fois-ci, c’est « TIKTOK » qui occupe le banc des accusés.
Selon les recherches publiées dans l’article, ce réseau social aurait déclenché le syndrome de « Gilles de la tournette » chez les femmes et les adolescentes.

Qu’est-ce que le syndrome de Gilles de la Tourette ?

Le syndrome de Gilles de la Tourette (SGT) est une maladie neurologique à composante génétique caractérisée par des tics involontaires, soudains, brefs et intermittents, se traduisant par des mouvements appelés tics moteurs ou des vocalisations, tics sonores.
Il s’ajoute fréquemment un ou plusieurs troubles du comportement : déficit de l’attention, troubles obsessionnels compulsifs, crises de panique ou de rage, troubles du sommeil ou de l’apprentissage.

Quelles sont les manifestations de cette maladie ?

Le SGT se manifeste de façon très variable d’un individu à l’autre. La fréquence, le type de tics ainsi que la partie du corps impliquée varient au cours du temps. Les tics moteurs apparaissent les premiers et touchent généralement au début le visage, la tête et les épaules. Les tics sonores sont plus tardifs, ils apparaissent quelques semaines ou mois après les tics moteurs.

Un tic particulier peut être présent pendant quelque temps puis cesser brutalement et céder la place à un autre tic. Tous les tics ne sont pas développés chez une même personne atteinte du SGT, ils peuvent se modifier, s’arrêter puis reprendre. Leur intensité est variable d’une période à l’autre.

Les tics sont incontrôlables et surviennent souvent en rafale. Ils sont précédés par une sensation d’inconfort psychologique et physique soulagée par la production du tic. Par exemple, cette sensation particulière peut être une envie de se gratter la gorge avant un tic de grognement ou de raclement de gorge.

Le stress, la fatigue, l’anxiété et les excitants augmentent l’intensité ou la fréquence des tics tandis que le sommeil, le plaisir sexuel, l’alcool ou des activités nécessitant de la concentration les diminuent. De nouveaux tics peuvent se développer au détriment des anciens, une personne atteinte du SGT peut adopter les tics d’une autre personne porteuse du syndrome.

Alerte aux « TIKTOK-Addict »

Au Sénégal ce phénomène pourrait bien impacter la jeunesse qui en majorité, s’adonne à la consommation des contenus de ce réseau social.

En effet, depuis le début de la pandémie de Covid-19, des médecins neurologues travaillant dans huit cliniques différentes dans le monde ont diagnostiqué le syndrome de Gilles de la Tourette (SGT) chez des jeunes âgés de 12 à 25 ans et exclusivement des filles et des femmes. Tous présentant l’apparition rapide de comportements complexes de type «tic moteur et vocal ».

D’après les explications du neurologue Davide Martino, il souligne qu’en plus de subir le stress et l’anxiété liés au Covid, ces jeunes filles ont été davantage exposées à des influenceurs présentant des tics ou le syndrome Gilles de la Tourette ce qui aurait visiblement eu un impact sur elles-mêmes.

Ce problème n’en est qu’à son début vu la situation, surtout dans un pays comme le Sénégal où l’on ne reconnaît plus qui est qui et qui joue quel rôle. Telle une tendance, tout le monde porte le costume et se réclame influenceur. Alors attendons-nous à côtoyer des malades manteaux au quotidien…
avec dakaractu

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Derniers infos

Articles + Lus

Articles en relation