Revalorisation Des Indemnités Des Enseignants : Les Contractuels Se Démarquent Et Menacent D’aller En Grève

Single Post
les contractuels se démarquent et menacent d’aller en grève
 Le gouvernement soutient avoir satisfait les revendications des enseignants concernant la revalorisation du système ­indemnitaire.
Mais cela semble ne pas profiter à tous les membres de ce corps.

Selon le Collectif des enseignants contractuels du Sénégal (Codecs), c’est le flou total qui entoure les accords signés entre le Gouvernement et les syndicats d’enseignants du G7, remettant ainsi en question les accords portant sur l’augmentation de leurs rémunérations.

« Les annonces du gouvernement à la fin de cette semaine ne règlent aucune question pour les contractuels, Le gouvernement prétend améliorer les conditions de vie des enseignants, mais nous ­estimons que c’est de la poudre aux yeux, « lit-on dans les colonnes du quotidien national Le Soleil.

Dans ce communiqué, la structure affirme son désaccord sur la gestion du minima que devraient percevoir les enseignants contractuels ainsi que les décisionnaires dans le cadre des récentes émissions spéciales effectuées sur les bulletins de salaire des enseignants en guise de corrections du traitement salarial. Ainsi, le Codecs exige les paiements sans délai des reliquats des salaires du mois de mai 2022 pour les professeurs contractuels à travers une émission spéciale à l’image des autres, du différentiel entre le minima et les 30.000 Fcfa reçus comme augmentation.

Par ailleurs, ces enseignants demandent « l’alignement de l’indemnité de logement des contractuels au même titre que les fonctionnaires, la mise en examen automatique pour l’obtention du Cap après 09 mois de fonction pour les Mc, la suppression du corps des décisionnaires et la réparation des préjudices causés sur leur carrière ».

Dans la même dynamique, le Collectif des enseignants contractuels ­souhaite «la titularisation automatique des Pc recrutés avec BTS, Bac + 2 ou licence juste après la formation diplômante, la limitation de la durée de la contractualisation à deux (02) ans au ­maximum, la formation diplômante, juste après deux (02) ans de contractualisation, la mise en place sans délai des structures pour la formation
­diplômante des corps émergents tels que agents santé, couture, ­élevage, mécanique, développement local, gestion, informatique, froid-climatisation…».
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.