Ultimate magazine theme for WordPress.

Révélations des 25 « goordjiguen » devant la barre du tribunal : « nous sommes de vrais mecs »

Le tribunal des flagrants délits de Dakar a jugé, ce vendredi 23 octobre, l’affaire des 25 jeunes h0mos*xuels interpellés à la cité Keur Gorgui. Alors qu’ils célébraient un anniversaire et le mariage entre Matar Diaw et Yakhya Ndiaye.
Face à la présidente de ladite juridiction, ils ont nié les faits pour lesquels ils sont poursuivis depuis près d’une semaine sauf Matar Diaw. Ce dernier a reconnu qu’il devait se marier avec Yakhya Ndiaye. « Quand, je louais l’appartement, j’ai dit au bailleur que c’était pour organiser un « Dahira » (cérémonie religieuse) », a-t-il renseigné devant la barre.

Les autres prévenus ont soutenu qu’ils se trouvaient dans l’appartement pour fêter un anniversaire et ils n’avaient même pas vu la banderole » Heureux ménage » accroché au mur. « Nous sommes de vrais mecs », ont-ils lancé au juge.

2 bagues, 32 lubrifiants, 9 tests VIH Sida, 10 pr*servatifs, une bouteille de champagne, une boite à maquillage… dans l’appartement.
Faisant son réquisitoire, le parquet a soutenu que lors de l’arrestation de Mactar Diaw et Cie, deux bagues, 32 lubrifiants, 9 tests VIH Sida, 10 préservatifs, une bouteille de champagne, une boite à maquillage ont été retrouvés sur les lieux. « Il s’y ajoute les images à caractère p0rn0graphiques qui ont été découverts dans leurs téléphones portables. Certains parmi les prévenus étaient torse nu au moment de leur interpellation. En sus, Matar Diaw a reconnu qu’il y a eu des accouplements entre eux avant l’intervention des éléments de la police de Dieuppeul. Donc, pour le ministère public, tous les prévenus ont posé des actes allant dans des alliances contre nature », a rapporté la source. Ainsi, le maître des poursuites a requis 2 ans ferme contre eux.

Quoique les avocats de la défense ont plaidé la relaxe pure et simple des prévenus. Car, selon eux il n’y a pas de preuves attestant que les prévenus s’adonnaient à des actes contre nature. De plus, font remarquer les conseils, il n’y a pas un élément légal, au Sénégal, interdisant l’h0mos*xualité.

Le juge va rendre sa décision le 6 novembre prochain.

vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.