Senegal Direct | Actualité au Sénégal – Actualité Sénégalaise

Révélations sur Diary Sow suite à sa dernière sortie : “Elle avait besoin de…”

0

Quelques mois après avoir défrayé la chronique en raison de sa disparition volontaire et mystérieuse, la meilleure élève du Sénégal a fait une première apparition publique. Selon sunubuzz, Diary Sow a été aperçue à la conférence virtuelle Forum Exclusivement Féminin, qui a été organisée par l’institut français de Saint-Louis.

Dans la soirée, du 25 mars 2021, la jeune autrice qui était une des intervenantes de la conférence a tenu un discours particulièrement féministe. Par contre, à aucun moment elle n’a fait référence à sa soudaine disparition qui aura contribué à augmenter sa côte de popularité.

« Je me suis rendue compte que ce modèle imposé à toutes les filles de mon pays n’était pas sans failles »

Au premier rang des personnages les plus clivants du Sénégal figure, à coup sûr, la jeune Diary Sow. Romancière de 20 ans, sacrée meilleure élève du Sénégal deux fois de suite en 2018 et 2019, elle était une des participantes virtuelles du Forum exclusivement féminin organisé par l’institut français de Saint-Louis. Ce forum, explique sunubuzz, constitue une plateforme sur laquelle des femmes se rencontrent et échangent sur divers sujets qui leur tiennent à cœur. Diary Sow y intervenait en tant qu’auteure du livre Sous le visage d’un ange et d’un autre roman Et les masques tombent , dont la promotion a été faite récemment.

Sur sunubuzz : L’étudiante Sénégalaise Diary Sow Portée Disparue A Été Vue Pour La Dernière Fois À Toulouse

Sunubuzz rappelle que la jeune Sow avait suscité une grosse vague d’émotions aussi bien au Sénégal que dans la diaspora suite à sa disparition subite. Une très grosse mobilisation avait alors été mise en place afin de retrouver le plus vite possible la jeune disparue. Quelques jours après, il s’est avéré que Diary Sow avait choisi volontairement de s’éclipser sans prendre le soin avant d’informer quiconque. Entre autres raisons qu’elle avait évoquées pour justifier sa disparition mystérieuse, « un besoin irrépressible de couper les ponts pour un moment ».

La participante au forum de l’institut français de Saint-Louis était dans une pièce, installée derrière son écran. Lors de sa prise de parole, elle a parlé du modèle d’éducation qu’elle a reçue en tant que femme. Elle avoue avoir toujours été intriguée par la manière dont les choses se déroulaient dans l’environnement dans lequel elle a grandi. Elle est aussi revenue sur le modèle imposé aux filles de son pays et à propos duquel elle affirme qu’elle se doutait dès l’adolescence aurait eu du mal à se conformer.

« En grandissant, j’ai observé les femmes dans mon entourage avec le poids du silence, le stoïcisme, l’acceptation passive des choses… Je me suis rendue compte que ce modèle imposé à toutes les filles de mon pays n’était pas sans failles. Et que je n’étais pas vraiment certaine de vouloir m’y conformer », avait affirmé l’auteure de « Sous le visage d’un ange ».

« Nous ployons sous le poids de la religion et des traditions

Lors de son intervention, Diary Sow avoue que c’est grâce aux livres qu’elle a pu ouvrir les yeux sur la place pas toujours avantageuse qui est accordée aux femmes dans nos sociétés. C’est aussi ces ouvrages  « qui pointaient un doigt accusateur sur la polygamie, la misogynie, ou encore le mariage précoce » qui ont insufflé en elle le désir de devenir écrivain. Elle a par ailleurs tenu à rendre hommage à tous les féministes de son pays et inviter les jeunes de la nouvelle génération à suivre les pas de leurs aînés.

« Nous sommes encore trop timides, je trouve. Nous ployons sous le poids de la religion et des traditions. Nous nous oublions face aux normes et aux carcans qui veulent nous enfermer. Quand il y a certaines qui osent se lancer et vivre leur vérité, et non celle qu’on leur impose, on leur nie souvent cette légitimité », a-t-elle ajouté. Pour la jeune étudiante et auteure, il s’agit surtout de pouvoir être libre, d’assumer tous les choix que l’on fait. C’est d’ailleurs cette philosophie qu’elle développe dans ses deux romans. Même si elle évite de parler d’elle, ou plutôt d’aborder le sujet sur lequel tout le monde l’attend, elle aura eu le mérite d’avoir tenu un discours féministe tout à fait assumé.

La mystérieuse disparition de Diary Sow

Au mois de janvier 2021, la mystérieuse disparition de Diary Sow faisait partie des sujets qui ont fait la Une dans la presse locale au Sénégal. Influenceurs mais aussi médias internationaux relayaient l’information. L’étudiante sénégalaise scolarisée au lycée Louis Le Grand à Paris était introuvable. Disparue de sa chambre d’étudiante, elle a suscité l’inquiétude de ses proches, des sénégalais et de la diaspora.

A lire sur sunubuzz :  Diary SOW : « Quand J’ai Appris Tout Ce Que Le Peuple Sénégalais Était Prêt À Faire Pour Moi, J’ai Été Si Émue »

Quelques semaines après, la jeune sénégalaise de 20 ans a fini par donner signe de vie. C’est ainsi que de source policière, on a pu apprendre que Diary Sow était libre et allait bien. Une enquête avait d’ailleurs été ouverte au sujet de cette disparition en France, notifie le média sunubuzz. Mais elle a été aussitôt refermée après que la jeune femme ait refait surface.

Le ministre de l’Eau et de l’Assainissement du Sénégal, Serigne Mbaye Thiam, parrain de Diary Sow avait d’ailleurs partagé sur Twitter, les extraits d’une lettre que celle-ci lui avait envoyée suite à sa disparition. Dans les lettres qui ont été relayées par sunubuzz, la jeune femme confirme bien que sa disparition était entièrement volontaire. Quant aux raisons exactes qui l’ont poussée à prendre cette décision, jusqu’à présent, Diary Sow n’a pipé mot à ce sujet.

« Elle avait besoin de sérénité »

Même si le dossier semble avoir été clos, les sénégalais ne sont pas prêts à oublier l’affaire Diary Sow. Après la confirmation de la thèse de la disparition volontaire sur les réseaux sociaux, bon nombre de personnes se sont montrées indignées. « Elle était juste à la recherche de buzz », pouvait-on lire sur les réseaux sociaux. Juste après cette disparition, elle a refait surface lors de la promotion de son second roman. Ceci à travers un clip vidéo de trois minutes diffusé sur son compte Instagram, désormais certifié. Dans ce romain intitulé « Et les masques tombent ! », Diary Sow raconte l’histoire d’une adolescente au passé douloureux qui fugue de son domicile familial. Si elle n’avait pas l’intention d’aborder le sujet de sa disparition, les commentaires qui ont suivi la publication du clip, l’ont poussée à régir.

 « Cette vidéo, née dans une heure oisive, dans une période trouble, vous a mené à des conclusions parfois erronées ». « Reprendre l’écriture, (…) rien que pour donner un message d’espoir, de renouveau peut-être. Il faut bien que j’avance », avait-elle ajouté. Elle précise également que l’histoire dans son roman est « entièrement fictive » et que les  potentielles « ressemblances avec la situation actuelle ne sont que pures coïncidences ». Ces affirmations corroborent celles de son parrain, le ministre de l’eau qui affirmait que sa filleule « avait besoin de sérénité ».

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.