Revue Annuelle Conjointe : Abdoulaye Diouf Sarr Décrit Un Système De Santé Performant

Revue annuelle conjointe : Abdoulaye Diouf Sarr décrit un système de santé performant
Le système de santé sénégalais a été résilient. Cela malgré le contexte extrêmement difficile de deux années de Covid selon le Ministère de la Santé et de l’Action sociale. Abdoulaye Diouf Sarr a présidé  la revue annuelle conjointe (RAC) 2022 du Plan National de Développement Sanitaire. Elle est  consacrée au bilan des réalisations de l’année 2021 dans un contexte fortement marqué par la poursuite de la riposte contre la pandémie de Covid-19. La RAC constitue un cadre privilégié d’échanges et de mesure de la performance. « Les performances sont au rendez-vous.  Nous pouvons apprécier le niveau de performance à 70%. Elles sont poussées par un certain nombre d’axes. Dans le cadre des ressources humaines, un travail remarquable a été fait au niveau de toute la pyramide sanitaire du poste de santé jusqu’au centre de santé en passant par l’hôpital.  Sur la fourchette 2019-2021, un effort essentiel a été fait d’abord plus de 1400 personnels de santé ont  été recrutés dans le cadre de la fonction publique. Il y a aussi un recrutement spécial de 1500 autres personnes » a noté le ministre.

 Au niveau des infrastructures, la carte sanitaire s’est énormément améliorée, dit-il : « il y a 4 hôpitaux modernes qui ont été réalisés sur 2 ans, nous avons réalisé 4 centres de dialyse pour une bonne prise en charge de la pathologie rénale. 11 régions sur 14 sont déjà dotées d’appareils de mammographie sans compter l’effort essentiel qui a été fait dans la radiothérapie entre autres réalisations. Sur le médicament, il y’a la réforme majeure que nous avons impulsée avec la création de l’agence sénégalaise de réglementation pharmaceutique qui va permettre d’arriver à un niveau de maturité pour installer notre pays dans une souveraineté sanitaire et pharmaceutique ».

S’agissant du climat social qui a été particulièrement tendu, ces derniers mois, Abdoulaye Diouf Sarr a tenu à tempérer : . » Il y a une situation sociale tout à fait légitime parce que quand on est dans un système, il peut y avoir des contradictions au plan social. Cette contradiction portait sur la question de la rémunération dans le secteur de la santé et ce n’était pas propre au secteur de la santé car avec l’éducation, il y a eu ce problème. Nous avons fait des propositions qui ont été acceptées par nos partenaires sociaux ». Et d’ajouter :  » aujourd’hui nous avons eu des avancées majeures en termes de revalorisation de la prise en charge financière des personnels de santé et d’actions sociales. Nous entrons dans une phase de stabilité, qui j’espère, sera durable pour nous permettre de régler les préoccupations des populations sénégalaises ».
vous pourriez aussi aimer
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.