Salon International De L’edition Et Du Livre : «diasporas Africaines, Un Avenir Africain à Inventer», Selon Siré Sy

Sire Sy, Salon international de l’Edition et du Livre
La 27ème édition du Salon International de l’Edition et du Livre (SIEL 2022) du Maroc se tient à Rabat, capitale politique du Maroc, depuis le 2 Juin et se terminera ce 12 juin 2022. Pour la clôture du Salon international de l’Edition et du Livre et à l’invitation du Conseil de la Communauté Marocaine à l’Etranger, Siré Sy, Enseignant-Chercheur en Géopolitique et Editorialiste-Chroniqueur à Seneweb a l’émission ‘’Banc Public’’,  est revenu dans le cadre d’un Panel, sur «Diasporas africaines, un avenir africain à inventer». 
Pour l’ancien immigré qu’il fut (au Maroc, aux USA, en Ile Maurice) de retour au Sénégal depuis 2015, Siré Sy, président du Think Tank Africa WorldWide Group,  a présenté un regard de l’Afrique à travers ses diasporas, lors de cette 27eme édition du Salon International de l’Edition et du Livre. Siré Sy explique et avance que ‘’les communautés africaines sont au coeur des changements universels, avant d’ajouter que l’un des challenges pour cette Afrique à l’horizon sera l’objectif et la volonté des gouvernements en Afrique, de placer la question des migrations africaines au centre du débat sociétal (économie et social) et de l’actualité culturelle et intellectuelle.
Pour Siré Sy, le débat sur les défis contemporains de la migration africaine, notamment en Europe, dans le contexte des profondes mutations politiques et culturelles qui traversent ses sociétés, la question migratoire, en l’occurrence africaine, est devenue un sujet de premier ordre, le pivot des conflits politiques et des programmes électoraux. Les débats sur l’immigration en Europe ces dernières années témoignent de la domination du nationalisme en raison de la montée des vagues d’extrême-droite et de la renaissance des théories idéologiques conservatrices qui rejettent le pluralisme et prônent l’introversion comme mode d’emploi. Faisant croire que les immigrés sont une menace pour l’existence et la culture des sociétés européennes en s’appuyant sur des arguments trompeurs et des données erronées qui ont pourtant été démenties par toutes les statistiques officielles des institutions internationales, dira t-il.
La migration est un bien ancien phénomène mais son traitement subit actuellement une amplification injustifiable. Si l’on se tient à la réalité, les migrants ne constituent que 3,5% de la population mondiale, donc 96% des de cette dernière vivent dans les pays où ils sont nés, renseigne Siré Sy. De plus, les migrants africains ne représentent que 14% des migrants dans le monde, une proportion bien moins importante que celles de la migration européenne (24%) et asiatique (41%), sachant que près de 80% de la migration africaine est limitée aux pays du même continent. Ainsi, adopter une approche objective et scientifique dans le traitement de la migration africaine, que ce soit lors des élections ou dans les débats médiatiques, constitue l’un des plus grands défis à surmonter, réaffirme Siré Sy.
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.