Ultimate magazine theme for WordPress.

Sénégal: comment Macky SALL a réussit à confiner son opposition

Il aurait mieux valu laisser le lion dormir. Quand, au cours d’une sortie, Macky Sall conseillait à l’opposition de laisser le lion s’assoupir, personne ne l’avait pris au sérieux. Au contraire ses propos étaient tournés en dérision, une bonne partie de ses opposants se gaussait même de l’image du félin repu qui dort au pied de l’arbre, imaginant certainement la bamboula dans la jungle. Comme quoi lorsque le chat est absent les souris dansent.

Au bout du compte, le réveil du lion semble être douloureux pour l’opposition. Fin stratège, ayant sûrement beaucoup appris de Wade, Macky a su museler toute l’opposition au point de rendre le jeu politique morne comme un jour sans pain.
Le coup de grâce, Macky l’a porté à l’opposition la plus significative (PS, AFP) en y mettant les formes avec l’appellation Benno Bok Yakkar. Aujourd’hui on peut légitimement se poser la question de savoir de quel unicité d’espoir il s’agit alors que se profile à l’horizon le probable Gouvernement d’union nationale et surtout la question du troisième mandat.

Deux équations à multiples inconnues qui confinent davantage l’opposition dans une position attentiste, à moins qu’elle ne déperisse d’ici là. En effet, le PS est divisé depuis l’annonce du maire PS de Kaffrine qui annonce d’emblée que son parti aura bel et bien un candidat lors des élections présidentielles de 2024. Une fissure considérable peu après l’anniversaire de la mort de son Secrétaire général Ousmane Tanor Dieng.

A l’Afp il semble qu’on s’achemine vers un parricide qui ne dit pas son nom depuis que certains lieutenants de Niass voient plus loin que le bout de leurs nez. Dans l’un comme dans l’autre des cas, l’opposition ne s’agite que dans ses propres rangs.Pour ce qui es de l’animation réelle du jeu politique, on peut toujours rêver à moins de se contenter des furtifs barouds d’honneur des opposants les plus téméraires.

Toujours est-il que le peuple sénégalais a bien la nostalgie des joutes oratoires entre l’opposition et les tenants du pouvoir d’antan. Une opposition républicaine qui ne laissait cependant aucun répit au pouvoir, comme entre Senghor et Wade, ce dernier contre Diouf, sans compter les échanges restés inoubliables entre Abdouahim Agne et Ousmane Ngom, respectivement président du groupe parlementaire PS et celui du PDS.

En attendant, Macky Sall peut bien pavoiser car après avoir phagocyté le PS et l’Afp, il boit son petit-lait en constatant la semi léthargie de Rewmi, le parti de celui qui aurait pu lui causer le plus de soucis , Sonko avec. Mais rien de tout cela. C’est à croire que si Bathie ( surnom de Macky, en référence au Bathie bathial ou coups de cravaches donnés à l’opposition pendant les élections) n’a pas réussi à confiner les sénégalais pour éviter la propagation de la pandémie de la covid19, il l’a bien réussi pour son opposition . Au grand dam du jeu politique
Pape Alassane Mboup

vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.