Trafic de visas: le consulat général de France à Dakar est au cœur d’une enquête

L’Inspection générale du Quai d’Orsay a récemment diligenté des investigations concernant des irrégularités constatées au sein du service des visas du consulat français de la capitale sénégalaise. L’affaire intervient alors que ce dernier peine à répondre à une hausse sans précédent des demandes de titres de séjour.

Une discrète enquête administrative a été ouverte, déjà depuis plusieurs semaines, par l’ Inspection générale des affaires étrangères (IGAE), pour des présumées « irrégularités » signalées au sein du consulat de France, à Dakar. En cause : un trafic de titres de séjour, dont le principal instigateur serait un agent officiant au service des visas de l’établissement, situé dans le quartier du Plateau. Les faits concernent plusieurs dizaines de demandes de visas étudiants. De nombreux élèves sénégalais auraient été victimes du montage mis en place par l’agent du consulat français. Encore en cours, les investigations du Quai d’Orsay pourraient donner lieu à des suites judiciaires en France.

Embouteillage administratif

Les faits se sont déroulés alors que Didier Larroque officiait comme consul général de France à Dakar, poste qu’il a occupé jusqu’en septembre dernier. Remplacé par Nathalie Node, ce dernier a depuis rejoint l’ambassade de France à Kinshasa en tant que premier conseiller.
L’affaire intervient alors que le consulat de France à Dakar fait actuellement face à une forte augmentation de la demande de visas (+ 250 % pour les « courts séjours » par rapport à la situation pré- Covid-19), occasionnant de nombreux retards dans les délais de traitement. Une situation de blocage dont le député de la neuvième circonscription des Français de l’étranger, Karim Ben Cheikh, a fait l’une de ses priorités. Fraîchement élu sous l’étiquette de la Nupes, cet ancien conseiller des affaires étrangères devrait prochainement se rendre au Sénégal afin de faire avancer le dossier.

Un précédent

L’incident est loin d’être le premier du genre dans la capitale sénégalaise. En septembre 2021, deux rappeurs membres du collectif citoyen  » Y’en a marre » avaient été incarcérés suite à des soupçons de trafic de visas Schengen et de fraudes au passeport. L’un des deux hommes, Landing Mbissane Seck, alias Kilifeu, était notamment mis en cause pour avoir perçu de l’argent afin d’obtenir plusieurs titres de séjour grâce à ses relations présumées au sein du consulat français.

Source: africaintelligence.fr/afrique-ouest

vous pourriez aussi aimer
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.