Amadou Ba « Les solutions issues des concertations devront entraîner la baisse des prix « 

Suite à la réunion présidentielle sur la lutte contre la vie chère, le 26 septembre dernier au palais, Amadou Ba et son gouvernement ont procédé, ce vendredi au lancement des séries de consultations.

Prendre les dispositions…

« Lors de la réunion présidentielle, le chef de l’État a pris 11 mesures d’urgence et 4 mesures conjoncturelles. Concernant les mesures d’urgence, il s’agit pour le gouvernement de prendre les dispositions pour le paiement des compensations financières dues aux meuniers. Je voudrais vous annoncer que les fonds sont disponibles et les meuniers peuvent entrer en contact avec les services du trésor pour les modalités pratiques de leur paiement« , a fait savoir Amadou Ba.

Conduire l’action gouvernementale…

Le Premier ministre de rappeler que dès le lendemain de la réunion du lancement des concertations, il a instruit l’ensemble des ministres concernés « d’intensifier leurs actions dans le sens de l’atteinte de nos objectifs communs. Car si le chef de l’État éclaire le chemin par ses orientations précises, notre rôle est de conduire l’action gouvernementale en droite ligne de la voie qu’il nous a tracé pour obtenir les résultats escomptés« .

Non sans faire part des 18 commissions de travail qui seront mis en place dont : les commissions lait, viande, ciment, loyer, poisson, fer à béton, les coûts de passage portuaire, le transport, les services financiers, l’eau et l’électricité, l’huile, les frais scolaires.

Remporter « durablement » la bataille contre la vie chère…

D’après Amadou Ba, « les solutions issues de ces concertations devront entraîner la baisse des prix ou d’avoir une sincérité des prix par rapport à la structure des coûts supportés par les producteurs. Cela nous permettra aussi de remporter durablement la bataille contre la vie chère et pour le consommer local. Il s’agira en effet de convenir de nouveaux outils de protection de nos entreprises dans le but d’assurer leur compétitivité. Parce que nous devons moins dépendre de l’extérieur. Nous devons inverser la tendance en consommant ce que nous produisons« .

vous pourriez aussi aimer
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.