Céréales – La Bad Lève 1,5 Milliard De Dollars: « L’afrique Ne Se Mettra Pas à Mendier »

Single Post
Céréales – La BAD lève 1,5 milliard de dollars: « L’Afrique ne se mettra pas à mendier »
Les effets néfastes de l’intervention russe en Ukraine commencent à gagner le monde avec comme corollaire une forte tension sur la disponibilité des denrées alimentaires. Dans cette grisaille, de sombres pronostics annoncent une famine imminente en Afrique. Terre de tous les paradoxes, le continent qui ne consomme le blé que depuis quelques décennies, est devenu l’un des plus dépendants du blé russe et Ukrainien (les deux greniers du monde qui se mènent la guerre) avec 30 millions de tonnes consommés par an rien qu’en Afrique subsaharienne. Au même moment, dans cette région du continent, la surface agricole disponible et non exploitée est estimée entre 200 à 250 millions d’hectares.

Une tendance que la Banque africaine de développement (BAD) compte incessamment renverser avec son programme d’appui à l’agriculture doté d’une enveloppement budgétaire de 1,5 milliard de dollars en vue de booster la culture de blé et d’autres denrées de base comme le soja et le riz. L’annonce a été faite par le président de la BAD, Akinwumi Adesina, ce lundi 23 mai 2022, lors d’un panel consacré à l’agriculture dans le cadre de l’ouverture de la semaine africaine de l’Unesco qui se tient à Paris du 23 au 25 mai 2022.  

Dans son message vidéo diffusé dans la salle de réunion, le président de la BAD a assuré que « l’Afrique ne se mettra pas à mendier ». En effet, il annonce la production prochaine de 38 millions de tonnes métriques de blé et d’autres céréales pour combler le gap estimé à près de 30 millions de tonnes métriques de blé. Il a invité les autres pays du continent à s’inspirer du modèle éthiopien qui,  selon lui, pourrait prochainement atteindre ses objectifs d’autosuffisance en blé et même exporter jusqu’à 2 millions de tonnes dans le continent.
Et dans ce sillage de la marche résolue du continent vers l’autosuffisance alimentaire dans un contexte de changement climatique, une agriculture tournée vers les nouvelles technologies est prônée par les experts. Ainsi, le président Adesina annonce également la mise à disposition prochaine de 600 000 tonnes de semences résistantes aux effets des changements climatiques. Tous ces outils combinés devraient davantage contribuer à aider le continent à atteindre ses objectifs d’autosuffisance afin de mettre fin au stress que génèrent les crises internationales en Afrique. Même si sa capacité de résilience ne fait plus l’ombre d’un doute vu ses bons résultats lors de la crise Covid-19.
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.