Ultimate magazine theme for WordPress.

Démarrage du Ter en 2021 : La rançon d’un 3e mandat du président Macky

Démarrage


En politique, dit-on souvent, rien n’est gratuit et tout est prétexte même si l’on  estime que le Ter a presque mis à terre les priorités fondamentales des sénégalais en termes de survie et de prises en charge sanitaires par rapport à la pandémie à coronavirus. Le démarrage du train express régional (Ter) qui tarde toujours à se concrétiser prendrait  effet en début 2021.De quoi permettre au président Sall de briguer un 3e mandat à l’instar de ses pairs Ouest-africains.

Par les actes politiques qu’il pose chaque jour que Dieu fait, le président Macky Sall rumine inexorablement l’intention de briguer un 3e mandat.

D’abord sur le plan juridique, le flou qu’engendre l’article 27 de notre charte fondamentale persiste toujours et si les spécialistes en droit restent toujours divisés sur cette disposition, c’est parce qu’elle a été concoctée à dessein.

Le 20 mars 2016, dans le souci de mettre à l’abri le Sénégal du traumatisme d’un 3e mandat, le Président Macky Sall a soumis à référendum la modification de l’article 27 de la Constitution en ces termes : « La durée du mandat du président de la République est de cinq ans. Nul ne peut exercer plus de deux mandats consécutifs ».

Mais dans le fond, cet article modifié ne se différencie pas fondamentalement de celui de la Constitution du 22 janvier 2001 qui dispose expressément que « la durée du mandat du président de la République est de 5 ans et le mandat du président de la République est renouvelable une seule fois.

En, vérité, ce flou persistant est plus qu’intentionnel et cache des zones d’ombre qui feront mouche au sein de notre landerneau politique national.

Le  lancement du train express rapide (TER) a été annoncé  pour début 2021. Un financement de 17,6 milliards de francs CFA, soit 26,9 millions d’euros de la Banque publique française d’investissement (BPI) vient d’être signé le 28 août entre la dite Institution financière et le sénégal.

A l’évidence, le Chef de l’Etat met les bouchées doubles pour démarrer ses « éléphants blancs » qui coïncident avec la pandémie à coronavirus qui aura annihilé tout effort de développement dans notre pays.

Mais n’empêche, le Premier sénégalais tient à ses projets d’envergure à l’instar du Bus Rapide Transit (BRT).La rançon d’un 3e mandat pourrait être tributaire de ses projets  dont les financements faramineux  pouvaient  développer notre pays. Mais hélas !

Assane SEYE-Senegal7

vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.