Justice Climatique Inclusive : Connexion Et Mobilisation Des Organisations De Femmes, Destination Cop27

Justice climatique inclusive : Connexion et mobilisation des organisations de femmes, destination CoP27
Dans le contexte de l’urgence climatique, il faut amplifier et unir les voix en Afrique. Cela, pour que  les femmes, les jeunes et les communautés locales et autochtones  réalisent leurs droits humains et mènent une vie décente et digne dans un environnement sain et durable.
Dans ce sillage, un atelier sur la connexion et la mobilisation des OSC femmes du Sénégal pour une justice climatique inclusive en direction de la CoP27, s’est tenu ce mardi 4 janvier 2022 à Dakar, avec le Réseau de communication et de développement des femmes du Sénégal-recode (ex-Femnet Sénégal) en concertation  avec la participation concertée à la CSW66 (condition de la femme)  et la CCDA10.
A rappeler que PACJA, en partenariat avec le consortium Oxfam, Femnet, Action solidaire internationale, Natural Justice et la Commission africaine de la jeunesse (AYC), a obtenu un financement du ministère néerlandais des Affaires étrangères pour la mise en œuvre du projet African Activists for Climate Justice (AACJ) pour la période 2021-2025. Il est mis en œuvre dans huit pays africains, notamment le Burkina Faso, l’Éthiopie, le Kenya, le Mozambique, le Nigeria, le Sénégal, la Somalie et l’Afrique du Sud.
D’après Aissatou Diouf Guèye, Directrice de l’Equité et de l’Egalité des genres au ministère de la Femme, «les femmes ont des rôles multiples, notamment dans la prévention  du changement climatique,  mais surtout dans la sensibilisation et la mobilisation pour amener les populations à prendre conscience  de ses crises qui nous menacent, mais également d’adaptation et habitudes et comportements favorables à ces changements».
«Le rôle des femmes ne saurait être circonscrit à un seul niveau.  Les femmes ont pris conscience du rôle qu’elles doivent jouer pour des terroirs viables pour faire face à ces aléas et menacent», dit-elle.
Et de conclure : «Il faut faire entendre la voix des femmes sur ces questions mondiales. Elles ont leur mot à dire sur les droits des Africains par rapport aux menaces qui pèsent sur la planète.»
vous pourriez aussi aimer
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.