Ultimate magazine theme for WordPress.

L’année universitaire en danger !

Les « Hussards Noirs » de l’Enseignement supérieur en ont ras-le-bol. Il n’y aura plus de cours tant que les salaires de décembre ne seront pas payés. La menace est brandie par le Saes, qui a ainsi suspendu tous les enseignements jusqu’à la satisfaction de ses doléances.

Dans les colonnes du journal Le Quotidien, Ibrahima Daly Diop, coordonnateur du Saes lache ses coups, charge violemment les autorités : « C’est du sabotage. On ne peut avoir un budget qui avoisine les 30 milliards et vouloir voter un autre qui est en dessous de cette somme. »

Le syndicaliste tire sur le recteur qu’il accuse de ne pas « veiller à ce qu’il y ait un budget de vérité ». Il ajoute : « Il faut arrêter avec cette mascarade. Parce que c’est de la comédie. »

Quid des retards de salaires ? Daly Diop alerte sur le fait que les présidents de jury du Bac sont toujours dans l’attente des indemnités dues. Et si l’on se fie toujours aux propos du syndicaliste, les perturbations à l’université pourraient s’empirer, si rien n’est fait puisqu’en plus de ce mouvement d’humeur du personnel, il y a un préavis de grève qui couvre toutes les universités déposées depuis le 20 décembre. D’où les risques d’une grève générale.

vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.