Ultimate magazine theme for WordPress.

« L’ASSURANCE INJECTE PLUS DE 300 MILLIARDS FCFA PAR AN DANS L’ÉCONOMIE »

Les Sénégalais ont un problème de culture de l’assurance. Nombreux sont les sénégalais qui, malgré les ressources dont ils disposent, ne sentent pas le besoin de recourir aux services d’assurances. Cela est du fait que le secteur de l’assurance est mal compris au Sénégal. Pour changer cette donne, les assureurs du Sénégal ont mis en place un plan stratégique quinquennal.

Ce plan vise aller vers les Sénégalais pour leur expliquer les mécanismes de l’assurance. « Il faut que les gens restent dans la modernité, qu’ils sachent marcher avec le temps et qu’ils arrivent à comprendre ce qu’on est en train de les expliquer. L’assurance joue un rôle éminemment important aussi bien sur le plan social, sur le plan économique », a expliqué Dr Matar Faye, invité de l’émission « La Totale » sur ITV, présentée par le journaliste Mamoudou Ibra Kane.

« Les assureurs investissent pour plus de 300 milliards de francs CFA par année dans l’économie sénégalaise, ajoute-t-il. Au niveau de l’assurance automobile, il y a au moins plus de 13 milliards F CFA qui ont été déboursés pour indemniser les victimes. Du côté des incendies, plus de 8 milliards ont été déboursés pour payer les victimes ». Selon Dr Faye, ils vont ainsi, communiquer davantage pour amener les Sénégalais à comprendre le rôle qu’ils jouent parce que quand on parle d’assurance, c’est la souscription mais également l’indemnisation.

« En 2019, nous avons fait un chiffre d’affaires de 196 milliards de francs CFA répartis en assurance vie et en assurance non vie. En assurance non vie on a 124 milliards. Donc, il y a eu une progression de 10%. Et en assurance vie, le marché sénégalais est passé de 61 milliards de francs CFA à 69 milliards de francs CFA », informe Dr Faye.

À l’en croire, le marché sénégalais a la possibilité de prendre la première place s’il communique davantage sur les produits d’assurance. « On est à la troisième place sur le marché de la CIMA (Conférence Interafricaine des Marchés d’Assurances). On peut aller jusqu’à prendre la deuxième place ou la première place parce que aujourd’hui nous sommes derrière la Côte d’ivoire et le Cameroun ».

vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.