Le Président Sall donne son approbation à la libération d’Ousmane Sonko avant l’élection présidentielle

Le président Macky Sall a maintenu la suspense quant à la date de l’élection présidentielle, qu’il avait précédemment reportée, tout en affirmant que son mandat à la tête du pays prendrait fin comme prévu le 2 avril.

Lors d’une rencontre avec les médias ce jeudi 22 février, le président a déclaré : “Quant à la date, nous attendrons les propositions du dialogue politique.” Il a ainsi évoqué le dialogue politique qu’il prévoit d’engager à partir de lundi. “Ma mission à la tête du Sénégal se termine le 2 avril 2024”, a-t-il ajouté.

Le chef de l’État s’est également exprimé sur la libération potentielle d’Ousmane Sonko, qui est en détention depuis la fin de juillet 2023. Il a affirmé être “prêt” à le libérer afin de favoriser des élections “apaisées”.

Cette déclaration intervient dans un contexte politique tendu, marqué par des manifestations et des troubles sociaux, en particulier depuis l’arrestation de Sonko. La libération éventuelle de ce dernier pourrait constituer un geste de détente et contribuer à apaiser les tensions préélectorales.

Cependant, la question de la date de l’élection présidentielle demeure cruciale. Alors que certains acteurs politiques et une partie de la population réclament un scrutin rapide pour assurer une transition démocratique sans heurts, d’autres insistent sur la nécessité d’un processus électoral transparent et inclusif, même si cela implique un report supplémentaire.

Le dialogue politique annoncé par le président Sall sera donc un moment clé pour débattre de ces questions et trouver un consensus sur la marche à suivre. Les différents acteurs politiques et la société civile auront l’occasion de faire valoir leurs points de vue et de formuler des propositions pour garantir des élections libres et équitables.

Dans l’attente de ces discussions, l’incertitude persiste quant au calendrier électoral et à l’avenir politique du Sénégal. La décision du président Sall de maintenir le suspense sur la date de l’élection présidentielle laisse planer un climat d’incertitude, tandis que la possibilité de libérer Ousmane Sonko offre un espoir de désescalade des tensions et de retour à la stabilité politique.

vous pourriez aussi aimer
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.