Nomination du général Kandé : entre polémique médiatique et questionnements sur la crédibilité

Le Sénégal traverse une période de turbulences médiatiques suite à la nomination du général Magatte Ndiaye comme nouveau chef d’état-major de l’armée de terre, remplaçant le général Souleymane Kandé. Cette décision a été prise par le président nouvellement élu Bassirou Diomaye Faye, qui a succédé à Macky Sall lors de l’élection présidentielle du 24 mars 2024. Cependant, la couverture médiatique de cette nomination suscite de vives critiques, en grande partie en raison du rôle controversé joué par un site jusqu’alors inconnu du grand public, afriqueconfidentielle.com. Senego a fait un tour sur ce média.

Le site afriqueconfidentielle.com, à l’origine de la controverse, a été largement repris par des médias tels que Le Quotidien et La Tribune. Ces journaux ont cité ce site comme source principale pour traiter de la nomination du nouveau chef d’état-major de l’armée de terre. Ce qui attire particulièrement l’attention est l’utilisation par afriqueconfidentielle.com du terme « exil » pour décrire la nomination de Souleymane Kandé au poste d’attaché de défense à l’ambassade du Sénégal à New Delhi, en Inde. Dans un article intitulé « Exil forcé du général Kandé à New Delhi : triste règlement de comptes de la part du régime », le site suggère que cette nomination équivaut à un exil forcé, une notion qui implique que Kandé aurait été contraint de quitter le Sénégal.

En règle générale, l’utilisation du terme « exil » est réservée à des contextes où des personnes sont effectivement bannies de leur pays, ce qui ne semble pas correspondre à une nomination diplomatique classique. Le site renforce cette impression dans un autre article intitulé « Pourquoi le Général Kandé a été muté à New Delhi », où il avance que des tensions entre l’ancien chef d’état-major et certains partenaires étrangers, notamment américains, auraient motivé cette nomination. Selon afriqueconfidentielle.com, des désaccords auraient émergé suite aux tentatives d’Ousmane Sonko de dénoncer certains contrats, conduisant à cette décision de mutation.

Le site afriqueconfidentielle.com, bien que semblant bien informé, soulève des doutes quant à sa crédibilité. Selon les informations de Senego, le site est édité par une société américaine nommée CS Smart, qui se présente comme une société de sondage et d’analyse offrant des conseils aux dirigeants et organisations. Le directeur exécutif de cette société, également directeur de publication du site, est un certain Del Khalladi. Cependant, la rédaction de Senego n’a trouvé aucune trace de Del Khalladi sur les réseaux sociaux, une absence inhabituelle pour un directeur de publication d’un site internet prétendument sérieux.

En examinant de plus près la ligne éditoriale d‘afriqueconfidentielle.com, Senego a constaté que les articles concernant le parti Pastef sont majoritairement négatifs, tandis que ceux relatifs à l’ancien président Macky Sall sont positifs, mettant en avant ses réussites financières et autres réalisations.

Un autre aspect attire également notre attention sur le fait que le site a été très loquace sur la campagne du candidat Amadou Ba. Pendant la campagne électorale, il avait publié un article très positif sur la campagne de ce dernier dont le titre était « Campagne électorale : Amadou Ba en démonstration de force ». L’introduction de cet article ne laissait aucun doute sur le succès de la campagne de Hamoudou Baki au Sénégal : « De Ker Massar, dans la banlieue de Dakar, à Tamba, en passant par Mbacké, Tivaouane, Saint-Louis, Podor, Aéré-Lao, Matam, Louga, Dagana, le candidat de la coalition majoritaire BBY, multiplie les démonstrations de force, » affirme-t-il.

Le résultat final de l’élection présidentielle est maintenant connu : Amadou Ba a obtenu environ 35 % des suffrages valablement exprimés lors de l’élection présidentielle du 24 mars. On peut également y lire des articles sur le président Macky Sall, tous plus positifs les uns que les autres, et aucun article négatif n’a été publié sur l’ancien président Macky Sall.

Le site a également fait référence à une supposée séquestration de Maître Abdoulaye Wade, l’ancien président de la République. Cet article mentionne le soutien que le parti PDS avait apporté aux candidats, dont Bassirou Diomaye Faye, devenu aujourd’hui président. L’article sur le sujet était intitulé : « Séquestré depuis plusieurs mois sur instruction de son fils Karim, Me WADE n’était même pas au courant de l’élection présidentielle ».

Cette partialité soulève des questions sur les intentions derrière la publication des articles par ce site, et sur la raison pour laquelle des médias réputés comme Le Quotidien et La Tribune choisissent de s’y référer.

Le Quotidien, dirigé par Madiambal Diagne, et La Tribune, éditée par le groupe DMedia de Bougane Gueye Dany, ont tous deux repris des informations provenant de ce site, renforçant ainsi sa crédibilité malgré les doutes sur son sérieux. Cette situation pousse à s’interroger sur la véracité des informations relayées par afriqueconfidentielle.com et sur l’impact de telles publications sur la perception du public concernant les autorités et les forces armées sénégalaises.

L’armée sénégalaise, reconnue pour son exemplarité, a déjà pris des positions claires concernant son indépendance vis-à-vis des affaires politiques. Il y a environ un peu plus d’un an, elle avait publié un communiqué exhortant les politiciens à ne pas l’impliquer dans leurs actions.
avec senego

vous pourriez aussi aimer
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.