Six ans après le décès de l’étudiant Fallou Sène, un développement majeur survient

Six ans après la mort de Fallou Sène, tué à l’Université Gaston berger de Saint-Louis (Ugb), l’enquête est en phase terminale

Rebondissement dans le dossier Fallou Sène tué par balle en 2018 à l’UGB dans des affrontements entre gendarmes et étudiants. Six ans après sa mort, le dossier n’est toujours pas élucidé. Mais selon les informations de Les Echos, l’affaire est en phase terminale. Mais d’abord, précise le journal, le Doyen des juges d’instruction va entendre certains étudiants avant de procéder à la clôture de l’enquête. Ces derniers ont déjà été convoqués.

Le dossier a été au point mort, mais à la décharge de Oumar Maham Diallo, il y a eu le décès de son prédécesseur, Samba Sall, et il lui a fallu donc un peu de temps pour s’imprégner des 500 affaires qui sont sur sa table, révèle Les Echos.

Le Doyen des juges d’instruction qui a rouvert le dossier, va procéder à l’audition de certains étudiants. En fait, les étudiants de l’Université Gaston Berger ont tenu à ce que certains de leurs camarades soient auditionnés, puisqu’ils sont également témoins des faits. Dans la procédure, faut-il le souligner, un seul étudiant a été retenu, comme témoin. Seulement, la coordination des étudiants de l’Ugb avait fait une sortie pour dire qu’elle ne connaissait pas cet étudiant.

Toujours est-il que le magistrat instructeur a accédé à leur demande et va auditionner les autres. Déjà certains étudiants ont été convoqués. L’audition de ces étudiants sera probablement le dernier acte d’instruction, puisque dans cette affaire, tout le monde a été entendu.

Rappel des faits

Pour rappel, en 2018, lors d’affrontements entre étudiants et forces de l’ordre, à l’Université Gaston Berger de Saint-Louis, Fallou Sène, un étudiant en 2e année de droit, a été tué par balle. Ces camarades ont indexé les éléments de la gendarmerie. L’affaire avait soulevé le tollé. Au final, une procédure d’instruction a été ouverte par le Parquet et le dossier confié au Doyen des juges. Ce dernier a alors procédé à l’inculpation d’un gendarme qui sera placé sous contrôle judiciaire. Six ans après, l’affaire est enfin en phase de clôture.

vous pourriez aussi aimer
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.