Une magistrate escroquée de 200 millions FCFA, ses bijoux en diamant dérobés

La magistrate F. K. D. avait confié 2 sacs et un sceau (boitier) en or et en diamant en plus de 70 000 euros environ 50 millions FCFA à sa voisine qu’elle chérie comme sa fille pour avoir nouer de son vivant une amitié de longue date avec la mère de celle-ci.

Des bijoux en or et en diamant estimés à 200 millions FCFA. C’est le pactole que F. N aurait détourné au préjudice de la magistrate à la retraite, F. Ka. Ce qui lui a valu sa présence, hier lundi, à la barre du Tribunal des flagrants délits de Dakar, pour abus de confiance.

La magistrate ayant servi à la Cour d’appel, rapporte L’OBS, lui avait confié ses bijoux au motif qu’elle devait se rendre au Canada pour aller rendre visite à sa fille. La juge à la retraite a témoigné que les sacs et le sceau contenaient 5 kilos d’or entre autres bijoux incrustés de diamants en plus de la somme de 70 000 euros (près de 46 millions de FCfa). Le tout estimé à 200 millions de FCFA. A l’en croire, le patrimoine est composé de bijoux locaux de la Côte d’Ivoire, de l’Arabie Saoudite, de l’Egypte, etc

L’ancienne présidente du Tribunal de grande instance de Dakar avait demandé à «sa fille» de lui garder ses objets de valeurs dans son coffre à la Compagnie bancaire de l’Afrique occidentale (Cbao). Les bijoux étaient mis dans deux sacs à main et un petit sachet. D’après la partie civile, la première remise a été faite en 2017 et la seconde en 2020. Durant 7 ans, F. Ka croyait les biens en lieu sûr. Seulement, la réalité est autre. En effet, depuis avril 2023, elle cherche à entrer en possession de ses biens en vain. Farma ne répondait plus ni à ses messages encore moins à ses appels. Elle refusait de réagir, malgré les nombreuses relances de la plaignante.

«Elle m’a fait croire qu’elle gardait les bijoux et l’argent dans son coffre à la banque», a déclaré la magistrate à la retraite. Allégations balayées d’un revers de la main par la mise en cause, selon qui, il n’a jamais été question de garder les biens à la banque, mais plutôt chez elle. Elle a déclaré avoir perdu les biens de la partie qu’elle gardait chez elle, lors de son dernier déménagement en 2018 ou au cours d’un vol.

Le procureur de la République a requis l’application de la loi pénale. Les avocats de la défense plaident la relaxe au bénéfice du doute. Selon les robes noires, dans cette affaire, il n’y a que des déclarations. Le délit d’abus de confiance n’est pas établi. L’affaire mise en délibéré, sera vidée le 27 mai prochain.

vous pourriez aussi aimer
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.