Senegal Direct | Actualité au Sénégal – Actualité Sénégalaise

Huit pays exemptés des sanctions américaines sur le pétrole iranien

0

Huit pays, dont l’Irak, seront autorisés temporairement à continuer d’importer du pétrole iranien malgré le rétablissement lundi des sanctions américaines. La Turquie a dit en faire partie. En revanche, aucun pays de l’UE ne sera concerné.
Les États-Unis ont formellement confirmé vendredi 2 novembre qu’ils rétabliraient lundi toutes les sanctions levées dans le cadre de l’accord de 2015 sur le nucléaire iranien, dont Donald Trump avait décidé de retirer son pays.

Ces sanctions visent les secteurs de l’énergie, notamment les exportations de pétrole iranien que Washington veut ramener aussi près de zéro que possible, ainsi que le secteur bancaire, la construction navale et le transport maritime, a déclaré le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo. Il s’agit de la deuxième salve de sanctions rétablies depuis le retrait des États-Unis de l’accord de Vienne.

Huit pays bénéficient toutefois de dérogations et seront autorisés temporairement à continuer d’importer du pétrole iranien, « mais uniquement car ils ont fait preuve d’efforts importants pour ramener leurs importations de brut vers zéro » et « ont coopéré » avec les États-Unis « sur de nombreux autres fronts », a-t-il précisé. Le chef de la diplomatie américaine n’a pas nommé ces États, mais des sources officielles américaines ont affirmé qu’il pourrait s’agir d’alliés de Washington comme le Japon, l’Inde ou encore la Corée du Sud.

Des responsables irakiens ont annoncé que leur pays avait obtenu une dérogation.

Deux pays se sont engagés à couper totalement leurs importations à l’avenir, les six autres continueront à acheter du pétrole iranien, mais beaucoup moins qu’avant les sanctions. « Ces négociations se poursuivent », a ajouté Mike Pompeo, en précisant seulement que les pays concernés ne faisaient pas partie de l’Union européenne.

La Turquie temporairement exemptée de sanctions sur le pétrole

De son côté, la Turquie a dit faire partie des huit pays bénéficiant de cette dérogation à venir. Le ministre turc de l’Énergie a déclaré à la presse avoir été appelé par Mike Pompeo à ce propos. La Chine pourrait aussi figurer parmi les pays bénéficiaires de cette mesure.

Pour prouver la fermeté du gouvernement républicain, le secrétaire d’État a affirmé que la précédente administration démocrate de Barack Obama avait octroyé des dérogations à 20 pays.

En tout, 700 personnes ou entités vont être ajoutées à la liste noire américaine, a précisé pour sa part le secrétaire au Trésor, Steven Mnuchin.

Des banques iraniennes resteront connectées au circuit bancaire international Swift

Les sanctions vont pénaliser les pays qui refuseraient d’arrêter d’importer le pétrole iranien, et les compagnies qui continueraient de signer des contrats avec les entités iraniennes figurant sur la liste noire émise par les États-Unis. Sont concernés la Banque centrale iranienne mais aussi nombre d’institutions financières privées, ainsi que des ports ou des compagnies maritimes étatiques.

Steven Mnuchin a ajouté que les États-Unis souhaitaient couper du circuit bancaire international Swift les institutions financières iraniennes frappées par des sanctions, sauf pour les « transactions humanitaires ». Il a toutefois laissé entendre que certaines banques iraniennes seraient autorisées à rester connectées à Swift.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.