La Guinée en émoi après la mort de M’mah Sylla(Video)

La Guinée est en émoi depuis samedi après la mort d’une jeune femme des suites d’un viol collectif présumé par des médecins dans une clinique privée de Conakry, une affaire ayant abouti à l’inculpation puis à l’arrestation de trois personnes.

Une délégation gouvernementale de haut niveau s’est rendue au domicile de la défunte pour présenter les condoléances d’usage et rassurer la famille que justice sera rendue à M’mah Sylla, décédée samedi à Tunis où elle avait été évacuée pour des soins suite à un viol collectif dont elle avait été victime dans une clinique de Conakry.

Une quatrième personne soupçonnée d’être impliquée dans cette affaire en fuite est activement recherchée. « Nous sommes venus pour apporter notre compassion à la famille, leur apporter notre solidarité, leur dire que cde deuil là est le deuil de tout le monde et nous comprenons l’émotion de tous, mais, nous vous prions de laisser la justice faire son travail », a déclaré Fatoumata Yarie Soumah, la ministre guinéenne de la Justice.
« En tant qu’humain, on est choqué, en tant que médecin, on est révolté »

Au cabinet du ministère de la Santé, une réunion a été tenue autour du ministre Mamadou Péthé Diallo avec un seul point à l’ordre du jour : l’affaire M’mah Sylla. « Notre conversation a tourné autour de savoir si le cadre légal et réglementaire qui gouverne la profession de la pratique privée de la médecine est bien existant et s’il est bien appliqué », a-t-il détaillé.

Le conseil de l’ordre des médecins, sous le choc, s’est déjà constitué partie civile dans cette affaire qui défraie la chronique dans la cité. Il a d’ores et déjà annoncé des sanctions : « Nous avons décidé, quelle que soit l’issue du procès, de les radier de façon définitive sur le tableau de l’ordre des médecins avec interdiction d’exercer la profession médicale en république de Guinée », selon le professeur Hassane Bah. « En tant qu’humain, on est choqué, en tant que médecin, on est révolté », rajoute-t-il.

Si nous voulons vraiment, ici en Guinée, combattre le viol, il faut condamner les gens à de lourdes peines, selon en tout cas ce que dit le Code pénal.
Claire Fages

À l’initiative du président guinéen, la journée de vendredi prochain sera consacrée à des prières pour le repos de l’âme de la regrettée M’mah Sylla.

L’association Femmes, développement et droits humains conseille les victimes de viols et de violences sexuelles en Guinée, elle mène aussi des opérations de prévention. Sa présidente, Mossa Yero Bah, déplore que l’impunité soit trop souvent la règle contre les auteurs de ces crimes et que les femmes ignorent les recours dont elles disposent.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Derniers infos

Articles + Lus

Articles en relation