Ultimate magazine theme for WordPress.

Guinée: l’élection présidentielle fixée au 18 octobre (président)

Le président guinéen Alpha Condé a fixé au 18 octobre la date de l’élection présidentielle, un scrutin très attendu auquel son éventuelle candidature est contestée par l’opposition, a annoncé mardi soir la télévision publique.
« Le président de la République informe le peuple de Guinée que l’élection présidentielle est prévue le 18 octobre sur toute l’étendue du territoire », a indiqué la télévision, citant un décret présidentiel. Selon la Constitution guinéenne, une présidence se limite à deux mandats, et le chef de l’Etat a été élu en 2010 et 2015.

Le président Condé, âgé de 82 ans, a fait passer en mars une réforme constitutionnelle qui était, selon l’opposition, un subterfuge pour lui permettre de se présenter une troisième fois à la présidentielle. Des analystes estiment que cette réforme pourrait remettre à zéro les compteurs et lui permettre de se présenter une troisième fois.

Son parti politique, le Rassemblement du peuple de Guinée (RPG), l’a désigné comme candidat à l’élection présidentielle la semaine dernière, mais il n’a pas encore indiqué s’il allait ou non se présenter. Il a dit à des représentants de son parti que le RPG devait d’abord s’engager à aider les femmes, les jeunes et les pauvres avant qu’il n’accepte de se présenter à l’élection.

Un 3ème mandat controversé
L’éventualité d’une nouvelle candidature de M. Condé a déjà suscité des manifestations de masse depuis octobre dernier, qui ont fait des dizaines de morts, dans ce pays d’Afrique occidentale pauvre mais riche en minéraux.

La Commission électorale nationale indépendante (Céni) de Guinée a demandé aux partis politiques, en prévision de l’élection du 18 octobre, de lui soumettre « le jeudi 13 août 2020 avant 12H00 » (locales et GMT) « les noms et contacts de leurs représentants à une commission financière de la Ceni, dans un communiqué mardi soir.

« Cette commission (financière) a notamment pour mission: la proposition du montant de cautionnement des partis politiques candidats à l’élection présidentielle et celle de plafonnement des budgets de campagne », selon ce communiqué.

vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.