Nianing : Le cultivateur Laba Ngom égorge sa femme et se pend

.

Horreur à Nianing, une commune sise dans le département de Mbour. Dans cette localité de la Petite Côte, un double homicide consterne plus d’un. Après avoir égorgé son épouse Aïssatou Diouf, Laba Ngom s’est pendu à un arbre. Les deux corps ont été déposés hier à la morgue de l’hôpital de Mbour. Les mobiles du double homicide ne sont pas connus.

 

Après la commune de Tivaouane qui a été le cadre, vendredi dernier, d’une scène d’horreur qui a vu un petit-fils décapiter sa grand-mère, une autre scène plus grave alimente les débats à Nianing (département de Mbour). Dans cette commune de la Petite Côte, la population est d’autant plus affligée qu’elle ne parvient toujours pas à expliquer le double homicide qui s’est produit hier au domicile des Ngom. Pour l’heure, une seule constance se dégage : L’époux, Laba Ngom, a égorgé son épouse Aïssatou Diouf, avant de se pendre à un arbre.

 

Les contours nébuleux du double homicide

C’est aux environs de 10 heures que l’affaire s’est ébruitée dans le paisible quartier de Baobab Caritas, sis dans la commune de Nianing. A cette heure de la matinée, les habitants du quartier vaquaient à leurs occupations. Dans la maison des Ngom, le chef de famille, Laba Ngom, était seul dans la chambre, tandis que son épouse, Aïssatou Diouf, vendeuse de poissons de son état, était partie s’approvisionner en poisson pour ravitailler ses clientes. Pendant ce temps, leur fille Diouma Ngom s’affairait aux tâches ménagères. De retour à la maison, la dame Aïssatou Diouf y retrouve son époux. Visiblement, le couple a eu une vive dispute, ponctuée par une violente altercation. En atteste les cris stridents de détresse, émis par la dame qui a ameuté le voisinage. Le premier à s’introduire dans la maison des Ngom est de suite retourné sur ses pas, au vu de la scène effroyable qui s’offrait à ses yeux. «Aïssatou Diouf était à terre, son corps baignant dans une mare de sang. Elle avait été égorgée et son cou ne tenait qu’à un fil. Son corps trépidait comme une feuille morte et ses mains crispées laissaient entrevoir une atroce souffrance», a révélé ce témoin, encore sous le choc. Leur fille Diouma Ngom qui se trouvait dans la demeure et qui était censée éclairer la lanterne de l’opinion, peine à articuler le moindre mot. Atterrée, elle est retenue dans une pièce par des proches qui l’assistent. Selon des témoins, la jeune fille est seul témoin, c’est d’ailleurs elle qui a alerté son frère, Mamadou Ngom, qui se trouvait à un baptême en compagnie de son meilleur ami. Enseignant de son état, Mamadou Ngom, également sous le choc, a indiqué que c’est sa sœur Diouma qui l’a informé que leur père s’est ensuite pendu à un arbre, après avoir commis son crime. Mamadou qui est l’aîné de cette famille, dit ne pas comprendre les raisons qui ont poussé son père à commettre cet acte abominable. La seule explication qu’il trouve est «qu’à l’instar de tous les couples, ses parents avaient des disputes gérées, par la suite, en interne». Il a aussi ajouté que son père jouissait de toutes ses facultés mentales. Pendant ce temps, les commentaires et autres déductions avancés par le voisinage renseignent que Laba Ngom était souvent de mauvaise humeur et qu’il lui arrivait de se replier sur lui-même, ne daignant même pas répondre aux salutations des voisins. D’autres avancent, par contre, que le vieux Laba souffrait périodiquement de troubles psychiques.

La gendarmerie qui a constaté la mort de la dame Aïssatou Diouf (62 ans) égorgée et celle de son époux Laba Ngom (67 ans), pendu à un arbre, a requis les sapeurs-pompiers qui ont acheminés les corps à la morgue de l’hôpital de Mbour. Le couple laisse derrière lui, 8 enfants, dont 6 filles, désemparés. Le mobile de cette horreur n’est toujours pas connu. Une enquête est en cours.

PARTAGER…Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Articles en relation

yoast seo premium free